CÔTE D’IVOIRE : Laurent Gbagbo prône la réconciliation nationale autour de la vérité et du respect de la constitution

Lecteur Audio

De retour en Côte d’Ivoire depuis le 17 juin dernier, l’ex pensionnaire de la prison de la CPI, Laurent Gbagbo a séjourné dans le Iffou précisément chez le président du PDCI-RDA du 10 au 11 juillet, juste après un bref séjour dans son village natal Mama, où il a communié d’avec ses parents et pleuré sa génitrice Gadô Marguerite à Blouzon.

C’est dans une ambiance festive et bon enfant, au son de la « fameuse fanfare » de Daoukro que Laurent Gbagbo a été accueilli par une foule venue nombreuse à la résidence privée de l’ex président ivoirien Henri Konan Bédié en fin de journée du 10 juillet dernier.

Cette visite jugée « exceptionnelle » par le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié qui recevait son homologue Laurent Gbagbo, est considérée comme un « acte de réconciliation et de reconnaissance » selon l’ex président Laurent Gbagbo, qui a profité de l’occasion pour remercier publiquement et à maintes reprises le couple Bédié qui lui avait marqué sa solidarité à Bruxelles à sa sortie de prison.

Evoquant singulièrement la question de la réconciliation nationale, le président Laurent Gbagbo a laissé entendre qu’« il ne faut pas beaucoup pour faire la réconciliation dans un pays. Il faut se dire les VÉRITÉS au moment où il faut les dire. Il faut se dire les VÉRITÉS pour que les VÉRITÉS guérissent, et pour que les VÉRITÉS soignent. Et il ne faut pas les dire pour blesser. Je ne dirai pas des vérités pour blesser mais je dirai les VÉRITÉS qui doivent guérir. C’est pour ça que je suis à Daoukro. »

Par ailleurs, pour Laurent Gbagbo, la réconciliation en Côte d’Ivoire passe aussi par le respect de la constitution « Mais si nous avons une constitution, c’est à dire un ensemble de textes pour nous guider, il faut se battre pour être du côté de la Constitution et que la constitution soit de votre côté. Mais si vous vous battez pour être contre la constitution, vraiment nous autres, on ne peut pas vous aider. On ne peut dire qu’on n’est pas d’accord. (…) Quand on parle de faire la réconciliation, c’est de tout ça. La réconciliation c’est tout ça, Respectez les textes. Respectez les êtres humains parce que dans cette bataille contre le 3ème mandat, dans cette région, il ya eu des morts. Un petit à été décapité, et j’ai regardé ça depuis Bruxelles. Mais quel spectacle nous donnons au monde ? Pour un pouvoir ? Pour un pouvoir ? Mais le pouvoir appartient au peuple» a-t-il insisté.

Pour sa part, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié depuis ses plantations de Bédiékro, dans la matinée du 11 juillet en présence du l’ex président ivoirien Laurent Gbagbo et sa délégation, parlant de la vérité a soutenu que « la vérité, elle n’est pas toujours bonne à dire, mais elle finit toujours par triompher devant l’Histoire. Elle l’a toujours fait pour toutes les nations ».

S’agissant de la réconciliation nationale, le président Henri Konan Bédié souhaite la mise en œuvre d’un Grand Projet du dialogue national inclusif entre tous les acteurs ivoiriens, dont le pays ne peut se faire l’économie.

Plus clairement, selon le président Henri Konan Bédié, «Cette réconciliation se fera par une volonté forte du Chef de l’État, Alassane Dramane OUATTARA, de tous les acteurs politiques dont nous-mêmes, mais aussi et surtout avec l’implication de tous nos compatriotes et tous nos partenaires au développement. La mise en place d’un nouveau projet démocratique dans notre pays, dénué de tous intérêts partisans, par un dialogue franc et sincère seront les clefs du succès.»

A la question de la réconciliation nationale prônée par l’ex président Laurent Gbagbo, Adama Bictogo, Secrétaire exécutif du RHDP a annoncé en réponse au président du FPI que « le RHDP est pour la réconciliation, le renforcement de la cohésion sociale dans le respect des fonctions républicaines », avant de rejeter le Grand Projet du Dialogue national inclusif proposé par le président Henri Konan Bédié « Nous n’avons pas besoin de dialogue national. Les institutions fonctionnent, l’Assemblée fonctionne. Toutes les institutions sont en place. Nous ne sommes pas un pays en crise. » A-t-il laissé entendre dans la matinée du 12 juillet au cours d’une conférence de presse.

En tout état de cause, la visite exceptionnelle du président Laurent Gbagbo à son aîné Henri Konan Bédié, marque la décrispation des relations entre les deux leaders politiques et la bonne santé de l’alliance  politique entre le FPI et le PDCI-RDA, qui depuis peu ont formalisé leur lutte commune contre le régime d’Abidjan dans un accord cadre.

La sortie polémique d’Adama Bictogo contre le Grand Projet du dialogue national inclusif porté par le président Henri Konan Bédié, laisse croire que le chantier de la réconciliation nationale vraie en Côte d’Ivoire reste difficile à réaliser en raison de la morgue affichée par le Chef d’Etat Alassane Ouattara et certains caciques de son parti le RHDP.

Peut-on espérer une réconciliation nationale en Côte d’Ivoire sans dialogue et vérité ?

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire