Fédération camerounaise de football : Samuel Eto’o Fils porté en triomphe

L’ancien international camerounais a remporté l’élection à la tête de la Fecafoot le 11 décembre 2021 dernier au cours d’une assemblée générale de l’institution. Mais au delà du sacre, cette élection constitue un nouveau départ pour le football Camerounais.

Résultat final de l’élection à la tête de la FECAFOOT
43 voix contre 31. C’est le score qui a sanctionné le vote entre Seydou Mbombo Njoya président sortant de la Fecafoot et Samuel Eto’o Fils , les deux candidats favoris de cette élection. Plus de la majorité des 74 délégués présents ont ainsi décidé de porter leur choix sur le 9 national, Samuel Eto’o Fils qui devient le tout nouveau président de la Fédération camerounaise de Football ( Fecafoot).

L’ancien capitaine des lions indomptables remporte sa victoire au cours d’un scrutin très attendu et déroulé dans une transparence totale. En dépit des éclats de voix de certains candidats à cette élection et des remous dans la salle du scrutin, fort est d’admettre que le scrutin s’est déroulé dans le respect scrupuleux des règles électorales de la Fecafoot.

 

Il était certainement le plus gros poids des sept candidats en lice dès le départ mais personne ne le voyait arriver facilement à la tête de la tour de Tsinga, le siège de la Fecafoot reconnu difficile d’accès depuis plus d’une quinzaine d’années à cause d’un système de verrouillage presqu’inaccessible. Il a fallu que Samuel Eto’o fils utilise un génie autre que celui du football pour y parvenir et, il doit son succès en partie, à son programme assez attractif et à son parcours footballistique qui l’a rendu célèbre.

Ses priorités s’articulent autour de l’amélioration de la gouvernance, le développement de la pratique du football, la mobilisation des acteurs, l’amélioration de l’attractivité des compétitions nationales et la restauration de l’esprit de compétition.

Des  chantiers importants qui nécessitent aussi des hommes rompus à la tâche. Si depuis 2009 rien n’a marché à la Fédération camerounaise de Football, il est temps d’extraire le poison de la maison. Mais la préoccupation reste au niveau de comment le faire et qui pour le faire? Si la réponse au second volet de la question est Samuel Eto’o Fils, il est important de questionner les moyens qui entourent l’ancien ‘’lion indomptable’’ camerounais en vue d’une reconstruction tant sollicitée.

Pour faire renaître la confiance et l’esprit patriotique des camerounais pour leur football, il faut passer à l’action. Bien qu’ Eto’o Fils soit mondialement reconnu comme meilleur joueur, certains observateurs estiment qu’il devrait encore faire ses classes dans le management. Ces derniers s’appuient surtout sur ses performances en qualité de capitaine des lions indomptables et sur certaines entreprises lancées qui n’ont pas pu émerger.

Avoir donc un Eto’o Fils à la tête de la Fecafoot pour ces observateurs, ne présage rien de positif pour l’avenir du football camerounais. Comme pour dire, qu’il existe un grand fossé entre l’administration du football et les stades. Quoi qu’on dise, il fallait choisir entre continuité accusée d’échec, incarnée par le président sortant Seydou Mbombo Njoya et nouveau départ prôné par Samuel Eto’o Fils. Les délégués ont choisi le nouveau départ dont l’évaluation se fera progressivement au cours des quatre années à venir.

Reproché d’être généralement influencée et manipulée par l’appareil gouvernemental, la Fecafoot de Samuel Eto’o Fils qui veut une refondation pourrait se mettre à dos certaines autorités alors que le Cameroun s’apprête à abriter la Coupe d’Afrique des Nations de janvier à février 2022. Si l’on s’en souvient de la démarche du 9 national au moment de son capitanat avec pour plus triste image le refus du drapeau National des mains du premier ministre, chef du gouvernement lors d’un départ au mondial, une telle attitude pourrait se refaire surface si la relation Fecafoot-Dirigeants n’est pas rapidement revisitée.

Au même moment on peut penser que ce serait terminé avec la corruption dans la composition de l’équipe nationale. Au milieu de tout un tourbillon d’incertitudes, les Camerounais fondent leurs espoirs sur la nouvelle équipe du comité Exécutif de la Fédération Camerounaise de Football qui n’aura besoin que, de surfer sur tous les leviers pour que renaisse le football camerounais.

YVES MODESTE NGUE

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire