Covid19 : Un impact plus grave que la crise financière de 2008

Lecteur Audio

Le covid19 a beaucoup frappé le monde entier. A cet effet, son impact a été quatre fois plus grave que la crise financière de 2008, parce qu’il a touché les couches vulnérables. C’est du moins l’avis de Guy Ryder, directeur général de l’organisation internationale du travail.

Le monde du travail est touché. A l’origine, le coronavirus a frappé le monde des travailleurs, un peu partout dans le monde. Il a accentué les inégalités. « Nous avons pu effectivement suivre l’impact de cette pandémie. C’est ainsi que nous pouvons souligner deux choses. La première est que l’impact économique et social a été dramatique à travers le monde. Si nous calculons cet impact sur l’emploi et les revenus du travail, nous constatons malheureusement qu’il a été quatre fois plus important que la crise financière de 2008-2009 » explique monsieur Guy Ryder. Selon lui, le deuxième enseignement est que ce sont les plus faibles qui ont été frappés par la crise sanitaire, notamment les travailleuses et les travailleurs du secteur informel qui constituent 60% de la main d’œuvre mondiale. A l’en croire, ils sont ainsi restés sans protection et assistance de l’Etat. « Les femmes ont perdu des emplois de manière disproportionnée. Les jeunes sont également dans le lot des impactés » dit-il. Et d’ajouter : si nous récapitulons les impacts de la pandémie mondiale, nous pouvons constater qu’elle a plus atteint le secteur informel, les femmes et les jeunes ». Le directeur général de l’organisation internationale du travail, monsieur Guy Ryder insiste aussi sur le fait que la sortie de la crise actuelle est intrinsèquement liée à la fin de la pandémie. « Il nous faut donc tenir compte de cette relation entre la maladie et la reprise » a-t-il soutenu. Pour Guy Ryder, le défi de la reprise centrée sur l’humain, c’est la question de l’inégalité et de l’égalité. « Nous vivons dans un monde de plus en plus inégal et la question de l’égalité se pose avec acuité » dit-il. En Afrique, mais un peu partout à travers le monde, il fait constater, une certaine réticence à accepter de se faire vacciner par certaines couches. Il est d’avis que les africains doivent suivre les conseils de l’Oms.

Akondanews.net
Mapote Gaye

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire