CÔTE D’IVOIRE : LES BUREAUX DES COMMISSIONS PERMANENTES DU PARLEMENT IVOIRIEN CONNUS

Lecteur Audio

Les députés ivoiriens se sont réunis le 5 mai dernier sur convocation du Président de l’Assemblée Nationale Amadou Soumahoro, revenu depuis peu de son séjour hors du pays pour présider la mise en place des différentes commissions de la chambre basse du parlement ivoirien.

Après plusieurs semaines d’attente depuis la reconduction d’Amadou Soumahoro à la tête de l’Assemblée Nationale ivoirienne, la séance plénière de la chambre basse du parlement ivoirien portant mise en place des six commissions techniques permanentes devant constituer l’ossature légale de l’institution chargée de voter les lois s’est finalement tenue dans un climat déconcerté et bon enfant.

Proposée par le bureau de l’Assemblée nationale lors de sa réunion du mardi 4 mai 2021, la liste des Commissions permanentes a été approuvée, ce mercredi 5 mai 2021, par la plénière des députés. Cette plénière a été présidée par le Président Amadou Soumahoro, et a vu la participation de 239 députés sur les 248 siégeant.

En effet, au titre de la commission technique permanente en charge des Affaires générales et institutionnelles, c’est le député RHDP de Kani, avocat de l’Etat de Côte d’Ivoire Abdoulaye Ben Méité anciennement secrétaire du bureau de l’Assemblée Nationale qui est aux affaires de ladite commission.

La Commission des Affaires Economiques et Financières est tenue quant à elle par le député RHDP de Minignan, Noumory Sidibé.  Tandis que Jean Louis Billon, député PDCI de Dabakala est à la tête de la Commission des Affaires Sociales et Culturelles.

Aussi, la Commission en charge des Relations Extérieures est –elle aux mains du député RHDP de Divo Famoussa Coulibaly et la Commission de la Sécurité et la Défense est portée par le député de Ferké Lacina Kardozi Koné, anciennement proche de Guillaume Soro.

Enfin, la Commission en charge de la Recherche, de la Science, de la Technologie et de l’Environnement, est revenue au député EDS de Guiglo Emile Guiriélou.

Toutefois, en Côte d’Ivoire, les députés peuvent s’organiser par groupe d’affinité politique ou groupes parlementaires. Le groupe parlementaire ne peut être reconnu comme administrativement constitué que s’il réunit au moins huit membres. La possibilité de s’apparenter à un groupe sans y adhérer est offerte au député. Mais, aucun député ne peut appartenir à plus d’un groupe parlementaire.

Les bureaux des Commissions étant désormais constituées et connues, quid du calendrier des travaux en plénière ?

Adingra OSSEI

AKONDANEWS.NET

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire