Visite du SG de l’ONU au Niger : La situation sécuritaire et humanitaire au cœur des préoccupations

Lecteur Audio

NIAMEY, 03 Mai 2022 – Le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies, M. Antonio GUTERRES a effectué, du 2 au 3 mai 2022, une visite de travail au Niger.

L’objet de ce déplacement de 48 heures du chef de l’instance mondiale était de se rendre compte de visu la situation sécuritaire et humanitaire qui prévaut dans ce pays ouest-africain, particulièrement dans la région de Tillabéry, où il s’est rendu notamment à Ouallam pour visiter le Poste de Commandement (PC) de l’Etat-Major Tactique de l’opération Almahaou ou “Tourbillon” des Forces Armées Nigériennes, situé à quelque 100 km de Niamey et à 200 km de la frontière malienne.

Ce camp militaire dirigé depuis des années les offensives de neutralisation des groupes armés terroristes (GAT) affiliés à l’Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) en particulier qui évoluent dans la région dite des “trois frontières” (Niger, Mali, Burkina).

Sur ce camp, M. Antonio GUTERRES a tenu une réunion de courtoisie avec les autorités locales avant de rencontrer les représentants des réfugiés et les déplacés internes à la Maison des Jeunes de Ouallam suivie d’un passage dans les camps de la région.

Il est à noter que plus de 126 000 personnes déplacées sont installées dans cette région ouest du Niger dont 82 604 personnes déplacées internes (PDI) et 43 838 personnes réfugiées (dont 36 525 originaires du Mali et plus de 7 000 provenant du Burkina Faso) en 2021.

A son arrivée le lundi 2 Mai, le Secrétaire Général de l’ONU a eu un tête-à-tête avec le Président de la République nigérien Mohamed BAZOUM, suivi d’une réunion élargie aux délégations et la remise d’une décoration.

Ces discussions ont porté sur la situation sécuritaire, les changements climatiques, les relations de l’institution avec le Niger, etc. Lors d’une conférence de presse animée par les deux personnalités, le Président nigérien a plaidé pour l’accompagnement des Nations Unies et de ses partenaires pour faire face aux défis sécuritaires, climatiques et des conséquences liées à la crise en Europe.

A l’endroit du SG de l’ONU, le Président Mohamed Bazoum dira que “le problème de terrorisme dans le Sahel est un problème dont vous vous êtes occupé depuis que vous êtes dans cette fonction, la situation a été dynamique, elle a évolué et elle se présente aujourd’hui sous un jour totalement nouveau à travers des paramètres qui ont évolué et nous avons besoin d’actualiser par conséquent la façon dont nous percevons ces problèmes et la façon dont nous devons définir les moyens pour y faire face”.

Le terrorisme, a-t-il ensuite précisé, “nous impose le défi de recruter davantage des soldats, de les former mieux que nous l’avons fait lorsque nous n’étions pas confrontés à ce phénomène et aussi de mieux les équiper. Mais cela demande beaucoup de ressources, d’autant plus rares qu’il y a dans le monde aujourd’hui”.

Un autre pari évoqué par le Chef de l’Etat est celui de ramener toutes les populations déplacées dans leurs villages respectifs, une opération entamée en partie l’année dernière et qui devait s’achever cette année. L’objectif étant de leur assurer les conditions d’une vie qui leur permettra, à la faveur du prochain hivernage, de cultiver leurs champs sur les sites de leurs propres villages et ainsi se prendre en charge elles-mêmes.

En réponse, le SG de l’ONU a déclaré qu’au regard de la performance remarquable de l’armée nigérienne dans la lutte contre l’insécurité, il s’engage auprès de la communauté internationale pour un  investissement à fond dans le renforcement des capacités de cette armée.

Antonio Guterres a ensuite précisé qu’il a organisé cette visite au Niger afin d’exprimer toute sa solidarité au Niger et à la région, en particulier aux communautés les plus vulnérables et victimes d’insécurité.

“Je viens rendre hommage aux autorités du Niger pour leur engagement à relever les défis multiples auxquels est confronté le pays. Je salue la vie démocratique au Niger. Elle représente un exemple pour la région et pour le continent entier”, a-t-il dit notamment avant de réitérer son souhait de continuer sur la voie du renforcement des institutions et de la cohésion sociale entre communautés diverses, mais unies par un objectif national commun.

Selon lui la paix, en effet, la stabilité et la prospérité du Niger et de l’ensemble du Sahel représentent une priorité absolue pour les Nations Unies. “Je voudrais rendre hommage au courage de vos services de sécurité dans leur lutte quotidienne contre le terrorisme et l’extrémisme violent et présente mes plus sincères condoléances pour les pertes humaines subies”, a-t-il déclaré.

Antonio Guterres a, par la suite, affirmé que la politique du Président de la République du Niger, en ce qui concerne le retour des déplacés internes, est “une politique sage” et que “nous ferons de notre mieux pour l’appuyer à fond”, s’est-t-il engagé, tout en soulignant que “le Niger ne peut relever tous ces défis seul et que l’ONU reste engagée auprès de tous les partenaires du Niger et du Sahel”.

Le premier responsable de l’ONU a regretté, à cette occasion, le fait qu’il n’ait pas pu “mettre le G5 Sahel sous la chapitre 7 de la charte des Nations Unies pour bénéficier d’un financement par des crédits obligatoires”.

Le fait est qu’au-delà  de la dimension sécuritaire, la région fait face à une crise multidimensionnelle d’une ampleur rare et que “seule une grande mobilisation internationale urgente et coordonnée permettra d’y répondre”. Pour Guterres, “l’adoption de la stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et sa mise en œuvre par le bureau du coordonnateur spécial pour le développement au  Sahel sont essentielles pour garantir une approche intégrée de la programmation des Nations Unies dans la région”.

L’évaluation conjointe des défis du Sahel par les Nations Unies et l’Union Africaine doit permettre d’identifier les besoins en vue de lancer un plaidoyer global de mobilisation des ressources, et que l’ancien Président de la République du Niger, M. Issoufou Mahamadou, est invité à diriger cette équipe d’évaluation de la stratégie pour la communauté internationale au Sahel.

Auparavant, M. Antonio Guterres a été élevé par le Président de la République du Niger à la dignité de grand-croix de l’ordre National du Niger.

Lors de son séjour, Antonio GUTTERES a également consacré à juste titre une entrevue l’ancien Président nigérien Issoufou MAHAMADOU, un homme d’Etat qui a beaucoup œuvré pour la paix, la démocratie et l’émergence de l’Afrique.

Le Secrétaire Général de l’ONU était auparavant au Sénégal. Il poursuivra cette tournée au Nigeria.

KPM

Akondanews.net

 

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire