UA-UE : Un sommet pour quelle nouvelle donne

Lecteur Audio

Belgique, le 17.02.2022.Afrique, <<continent d’avenir >> ? Les géostratéges l’affirment sans hésiter. Au fait, le continent est actuellement plus courtisé qu’il y a quatre décennies. L’Europe ex-colonisatrice est en passe de perdre ses pré-carrés au profit de puissances émergentes. Parmi ces nouveaux concurrents et adversaires, la Chine, la Russie, les États-Unis, l’Inde, les monarchies pétrolières du Golfe, la Turquie.
C’est dans ce contexte de féroce compétition, que s’est ouvert, hier à Bruxelles, le 6ème sommet Afrique-Europe auquel ont pris part plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement de deux continents. La clôture intervient ce vendredi, 18 février 2022. Selon les organisateurs, ce sommet devra culminer avec la révision complète du partenariat entre l’UA et l’UE, en vue d’une nouvelle donne. Au moment où l’insécurité gagne du terrain.

Qu’est-ce que les Africains peuvent attendre de Bruxelles ? Le Sénégalais Macky Sall a égrené un chapelet de besoins. Selon le président en exercice de l’UA, l’Afrique plaide pour l’accès aux finances et aux vaccins, pour l’investissement dans les infrastructures, le soutien au secteur privé, la restauration de la paix et les appuis à la bonne gouvernance.

Mais bien avant lui le chef de l’État sénégalais, la présidente de la Commission européenne avait projeté de décaisser 150 milliards d’euros sur 7 ans au profit de l’Afrique. Afin de rassurer les populations, Ursula von der Leyen avait précisé que ces financements seront destinés à << aider des projets voulus et portés par les Africains pour la transformation de leurs économies. Plus question de leur dire ce qu’il faut faire. C’est ça la nouvelle donne pour un nouveau partenariat.>> A recadré la présidence de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Voilà le leitmotiv du 6ème sommet UA-UE. Bruxelles a donc pris conscience de son retard sur le continent par rapport aux concurrents. Réaliste, l’UE entend désormais affronter, avec ses propres armes, la diversification des partenariats déjà adoptée par les Africains. En s’investissant dans la sécurité, la santé et la stabilité du continent.

Raphael LUMOO
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire