TCHAD : LE MPS D’IDRISS DÉBY VEUT ÉCARTER L’OPPOSITION AUX PROCHAINES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES

Lecteur Audio

Aux lendemains de la mise en place du gouvernement de transition au Tchad, le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), parti fondé par feu Idriss Déby Itno dans un communiqué de presse rendu public souhaite vivement que le premier ministre et les autres ministres membres du gouvernement  ne soient pas éligibles aux élections post transition prévues dans 18 mois.
Encore sous le feu des projecteurs avec une stabilité politique et sociale très précaire, le pays de feu Idriss Déby Itno dirigé depuis sa subite mort par son fils Mahamat Idriss Déby, à la tête du Conseil militaire de transition (CMT) composé de 15 généraux de l’armée tchadienne, est depuis peu secoué par des vagues d’indignations et de manifestations populaires menées par une opposition qui exige à gorge déployée le respect hic et nunc de la constitution avec un retour à l’ordre constitutionnel en dépit des violentes répressions parfois meurtrières qu’elle subit à chaque manifestation.
En effet, c’est dans un contexte socio-politique encore tendu et fragile que le MPS du feu Idriss Déby Itno réuni en Bureau politique le 4 mai dernier a dans un communiqué signé et rendu public par son secrétaire général Mahamat Zen Bada réitéré son soutien au Conseil militaire de transition (CMT), pris acte de la mise en place du gouvernement de transition et exigé l’introduction dans la charte de transition, d’une disposition interdisant au Premier ministre et aux membres du gouvernement de transition de se présenter aux futures consultations électorales.
Visiblement donc, à la lecture du communiqué, le MPS ne fait aucunement allusion aux membres du CMT ou encore du Conseil national de transition (CNT) encore moins des membres du parlement provisoire en gestation.
En fait, ce coup de tonnerre n’a pas laissé indifférent et laxiste les différentes formations politiques de l’opposition qui siègent ou pas au gouvernement de transition.
Pour le parti de l’opposition UNDR de Saleh Kebzabo qui fait partie du gouvernement de transition au même titre que le MPS, selon son vice président ce serait « Un deux poids, deux mesures » avant de mettre en garde le président du MPS qui dit-il « N’a plus à exiger quoique ce soit aujourd’hui, car la donne a changé »
Quant à Théophile Bongoro, le chef du parti PRET qui parle au nom des 34 formations d’opposition membres du mouvement Wakit Tana qui tient le devant des revendications politiques ces derniers jours au Tchad « Il y a un péril qui s’est présenté au nord. Les militaires se sont vite réorganisés de sorte à juguler le mal. Mais le mal étant maintenant maitrisé, il faut qu’ils rendent rapidement le pouvoir aux civils mais après avoir organisé des assises nationales qui les excluent eux ».
Laquelle posture est également partagée par le leader de l’opposition Tchadienne Romadoumngar Félix Nialbé  qui souhaite que la transition ne dépasse pas 18 mois bien que son parti soit membre du gouvernement.
Le CMT saura t-il se surpasser au prix de la stabilité et de la paix au Tchad ?
Adingra OSSEI
AKONDANEWS.NET

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire