Succession à feu Amadou Soumahoro à l’Assemblée Nationale, Ouattara face au péril de la frustration des siens

Lecteur Audio

Abidjan le 18 mai 2022- Même si avec ses 167 députés le parti présidentiel n’atteint pas la majorité des 2/3, qui est à 170 sièges. Notons tout de même que ses 167 sièges sur 255 soit 65% des sièges à l’Assemblée nationale, le placent loin devant ses adversaires que sont le Pdci-Rda 67 élus et EDS 17 sièges. Mais même majoritaire, on peut avoir des soucis quand arrive le temps d’opérer un choix parmi la multitude. C’est le cas actuellement d’Alassane Ouattara.

Il a beau avoir “son” candidat qui serait Adama Bictogo actuel vice-président et ancien intérimaire, le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara n’en sera pas moins perturbé par le déroulement des évènements qui viennent changer ses calculs. Le président du Rhdp (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) parti majoritaire à l’Assemblée nationale a de quoi être préoccupé en dépit de la relative quiétude que lui procure la majorité parlementaire.

Adama Bictogo, député d’Agboville

Le choix du candidat pour succéder au défunt Amadou Soumahoro décédé le samedi 7 mai dernier, lui incombe en effet, avant que l’hémicycle ne procède au vote final. Rien que le fait de choisir parmi les prétendants au poste issus de ses rangs est, en soit un casse-tête. Ce, en raison du contexte actuel. De fait, il s’agit ici de préserver l’apparente cohésion au sein du Rhdp. Ce parti s’apprête à aller aux élections dès 2023 et il n’a pas besoin de division en ce moment. Que faire ? Or un choix s’impose. Et qui dit choix, parle de frustration de la partie non choisie. Alassane Ouattara n’a pas d’autres options que de marcher sur des œufs. A lui de ne pas les casser au risque de fissurer son groupe.

Ce qui serait une aubaine pour ses adversaires qui n’attendent que son faux pas. Ouattara devra donc user de maestria s’il ne veut pas faire des frustrations parmi les siens. Déjà des sources proches du Rhdp parlent d’au moins six (06) velléités de candidature. Outre Adama Bictogo dont on a parlé plus haut et qui serait le candidat du mentor du Rhdp, il y aurait Aminata Tounkara l’actuelle présidente intérimaire. La place de cette dernière est plutôt due à la chance qu’à autre chose. En effet, elle doit sa place actuelle à l’absence de Diawara Mamadou hors du pays pour raison de santé. C’est lui en fait, “le plus âgé des vice-présidents”, selon l’alinéa 4 de l’Article de la Résolution n°005 A du 27 juillet 2018, portant règlement de l’Assemblée nation.

Il y a aussi Zoumana Bakayoko, mais aussi Anne Ouloto et Mamadou Sanogo. Ces indiscrétions citent aussi Kandia Camara. Sans oublier Diawara Mamadou qui pourrait revenir de ses soins à l’étranger et postuler à la fonction de président de l’Assemblée nationale. Chacun de ces hauts cadres du Rhdp a certes ses qualités et ses faiblesses. Mais tous ont une chose en commun, c’est qu’ils maitrisent une zone d’influence. C’est d’ailleurs parce qu’ils ont une emprise sur les populations de leurs circonscriptions électorales qu’ils ont été élus députés. Ce fait de drainer du monde n’est pas non négligeable à quelques mois des élections municipales et régionales. Celui qu’Alassane aura choisi sera élu futur président de l’Assemblée nationale. Leurs partisans respectifs pourraient vivre comme une frustration le dernier choix d’Alassane Ouattara.

Denzel Bereby

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire