Stop aux conflits de nuances

Lecteur Audio

La nature possède l’usine de chocolat la plus démesurée du monde entier.  C’est un plaisir pour elle de passer des nuits entières à enduire les êtres humains d’en faire un design en noir et blanc. Elle nous livre son chocolat sans emballage pour nourrir sans plus attendre nos esprits et nos âmes.

Aujourd’hui, toutes les nuances de la beauté noire africaine sublimée avec art par la nature souffrent de l’ignorance et des préjugés liés à la couleur de peau provenant de la communauté noire.

Pour faire abstraction à ce déficit de connaissance et d’image, nous devons remettre en relation les jeunes de l’après-colonisation en contact avec la nature et les sources de la civilisation Africaine.

Ce thème nous l’avons intitulé « STOP AUX CONFLITS DES NUANCES. »

Cette idéologie qu’a développée la communauté noire au fil des années est dénommée le colorisme.

Le COLORISME est né sous l’esclavage. Les maîtres violaient leurs esclaves qui accouchaient des personnes noires à peau claire. Ces dernières étaient traitées différemment. Elles , ils les appelaient des «métisses ou des mulâtres». Elles, les maîtres d’esclaves les trouvaient plus belles , plus malines, et les traitaient mieux. Ce fléau a été transmis à la culture noire et continue de nous diviser.

Voici les conséquences qui ont engendré de profondes déchirures dans la confiance en soi des êtres les plus beaux et fiers que nous ayons connu dans l’histoire africaine. Aujourd’hui, la communauté noire pense que plus nous avons la peau claire, plus nous sommes beaux.

Ce mensonge historique raconté par les vainqueurs pousse également la communauté noire à penser que la seule nuance qui existe au sein de l’Afrique est la plus foncée. L’Africain a donc peine à imaginer que le noir puisse avoir une nuance de nature claire.

La beauté noire possède des milliers de nuances. Des personnes africaines dont le sang coule de purs négritos, peuvent aller de noir ébène au bronzé, voir clair, très clair au blanc.

Les idées reçues de l’esclavage sont conçues pour complimenter la nuance la plus blanche dans laquelle l’Européen se retrouve le plus dans la beauté noire.

Détester une nuance au profit d’une autre, c’est vous mettre en conflit en permanence avec vous-même.

Ce qui est regrettable, est de constater que ce manque de confiance à créer chez la nuance la plus foncée un désir de ressembler et d’obtenir la nuance la plus blanche de la beauté noire.

Ce sont toutes ces nuances qui font la beauté noire africaine, et elles méritent toutes de vivre.

Quelle est l’origine de l’Homme ? Quelle était la perception de la beauté africaine avant l’arrivée des envahisseurs ?

L’Egypte est la base de toutes les civilisations du monde. Yves Coppens, qui est paléontologue français, lors d’un documentaire sur l’origine de l’homme affirme : « Le premier homme moderne était Africain noir aux cheveux crépus. » Il ajoute en disant que : « l’origine de l’homme c’est un ramassis d’idée colonialiste sur la supériorité de l’homme blanc. »

Les Egyptiens avaient la peau tellement noire, belle et soignée, qu’elle reflétait une lueur lorsqu’on l’apercevait de loin. Dans l’ancienne Egypte on avait des dermatologues, dont la « princesse ITA ». Elle vivait 1320 ans avant notre ère selon l’historien Egyptologue Mr Charles Koffi Gomes. C’est incroyablement fascinant.

Les anciens Egyptiens avaient une multitude de carnations qui s’étendaient du noir ébène jusqu’au brun très clair. Pour les Egyptiens pharaoniques, le centre de toute beauté est le « cœur », car il est le reflet dans le miroir de l’être. Pour eux le cœur signifie beauté, bonté et perfection. Il était important d’être en harmonie avec soi-même, ses semblables et les forces cosmiques. À cet instant, il y avait beauté.

Pour camoufler l’origine de l’homme, ils ont qualifié pendant des années certaines nuances de la beauté noire par des noms de maladies provoquant davantage de doutes.

La douce beauté enneigée des personnes noires dans un corps blanc appelé « albinos » et ce merveilleux design à la peau tachetée de brun et blanc « vitiligo », dit « anomalie d’une mutation génétique ».

Deux nuances qu’ils ont appelé « FREAK NATURE », MONSTRE DE LA NATURE et PEAU DE LEOPARD. Des carnations exposées par les maitres d’esclaves dans des « freak show » qui étaient l’exposition d’êtres humains aux apparences inhabituelles. L’ambition de ce show était de choquer, susciter la curiosité des spectateurs et à des fins scientifiques.

Les personnes aux beautés enneigées et vitiligos nous prouvent qu’une personne noire peut être OU peu devenir blanche, mais qu’une personne blanche ne peut pas devenir noire.

Vous comprendrez, qu’à partir du noir, on peut obtenir la synthèse de toutes les couleurs, mais qu’à partir du blanc on ne peut rien obtenir.

La peau et les cheveux vont de pair.

Ce joli cheveu crépu qui pousse vers le ciel a pris une forme spiralée qui forme une couronne épaisse autour du crâne, a pour objectif de protéger et mettre à l’abri la tête des rayons de soleil excessifs. D’après la cosmétologue Camerounaise Naturi- Ebène.

La nature est l’être vivant le plus compréhensif et protecteur que nous connaissons. Depuis le commencement de l’histoire de l’humanité, lorsqu’elle crée, elle pense par la même occasion à protéger l’espèce humaine avant l’esthétisme.

Ce qui veut dire que rien de ce que nous possédons en tant qu’humains n’a été réalisé au hasard. Tout correspond à une vision et un confort des caractéristiques physiques liées à notre environnement.

Juli West Home

akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire