Sénégal : Macky Sall interdit une marche de l’opposition: Trois morts et trois blessés

Lecteur Audio

L’opposition sénégalaise a été interdite de marcher ce vendredi, à la place de la nation. On enregistre déjà trois morts et trois blessés suite à la répression des forces de police. Ousmane Sonko et Barthelemy Diaz sont empêchés de sortir de leur domicile.

C’était un théâtre de violence dans les rues de Dakar car, la manifestation a viré à un affrontement entre policiers et des centaines de jeunes. Malgré l’interdit du préfet de Dakar, des jeunes sont sortis pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils essayaient de se frayer un chemin dans certains endroits de la capitale. Partout, les forces de l’ordre ont quadrillé la ville avec des chars de combats, armés jusqu’aux dents, y compris des policiers civils qui circulaient partout dans les ruelles.

Trois personnes ont perdues leur vie. « Nous promettons aux sénégalais que ces crimes au registre de MackySall ne resteront pas impunis. Nous venons de vivre une journée qui s’inscrit dans la droite ligne de ce qu’on a vécu il y’a à peine un an et demi et qui est consécutif à la gestion autocratique du pouvoir d’état par MackySall et son clan. De quoi il est question. D’exercice des droits les plus élémentaires inscrits dans notre charte fondamentale qu’est la constitution » explique l’opposant Ousmane Sonko dans une déclaration video qu’il a faite dans la nuit du vendredi.

A l’en croire, leur coalition a déposé une information d’une manifestation qu’elle tenait à organiser pacifiquement pour protester contre cette dictature de Macky Sall, instrumentalisant l’Administration et la justice depuis dix ans et ce, pour écarter ses adversaires politiques.  Poursuivant  Ousmane Sonko déclare à l’endroit de Macky Sall qu’ « après avoir assassiné quatorze personnes lors des événements de mars 2021, le voilà qui ajoute trois autres victimes à son répertoire en juin 2022. Tous ces crimes ne resteront pas impunis. Vous vous souvenez bien qu’après les événements de mars, il avait annoncé une commission d’enquête censée faire toute la lumière sur cette question » Pour l’opposant sénégalais, la même chose s’est passée à Ziguinchor avec la mort de deux personnes ce vendredi, dont l’autre à Dakar. Pris par nos soins, Alioune Tine, président d’Africa Jom Center est d’avis que « le président de la République doit agir pour éviter des élections sans l’opposition ». Il prône le dialogue et appelle les deux camps au calme.

Mapote Gaye,Correspondant

Akondanews

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire