Rwanda: Le parlement européen demande le rapatriement en Belgique de Paul Rusesabagina

Lecteur Audio

Kigali le 09 octobre 2021-La résolution a été adoptée jeudi à la quasi-unanimité. Le héros du film « Hôtel Rwanda » a été condamné à 25 ans de prison en septembre lors d’un procès contesté et jugé inique par nombre de rwandais.

Le Parlement européen a réclamé jeudi le rapatriement humanitaire, « sans préjuger de sa culpabilité ou de son innocence », du Belgo-Rwandais Paul Rusesabagina, condamné le mois dernier à 25 ans de prison pour terrorisme. Conscient des préoccupations émises, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a toutefois demandé de ne pas perdre de vue les éléments de preuve de l’accusation, dont bon nombre ont été fournis par les autorités judiciaires d’un État membre (la Belgique en l’occurrence). Les États-Unis et la Belgique affirment qu’il n’a pas bénéficié d’un procès équitable à Kigali.

« M. Rusesabagina est l’exemple même des violations des droits de l’homme au Rwanda », affirme la résolution parlementaire, adoptée à la quasi-unanimité (660 voix contre 2 et 18 abstentions).

Les eurodéputés appellent à remettre en cause l’équité du verdict et à la libération immédiate de M. Rusesabagina pour des raisons humanitaires, ainsi que son rapatriement.

Pour rappel,

  1. Aucune des personnes réfugiées à l’hôtel n’a perdu la vie

Lors du génocide rwandais de 1994, 1268 personnes se sont réfugiées à l’intérieur du bâtiment de l’Hôtel des Mille Collines pour éviter le bain de sang qui se déroulait dans le pays.  Le nombre élevé de personnes dans un même bâtiment rend la sauvegarde extrêmement magnifique.

  1. Les réfugiés tutsis et hutus ont été sauvés

Alors que le génocide consistait principalement en des milices armées tuant principalement des membres du groupe ethnique Tutsi ainsi que quelques Hutus et Twa modérés, les Hutus et les Tutsis ont été sauvés par Paul Rusesabagina.

  1. Certaines personnes impliquées dans l’affaire de l’hôtel sont fortement en désaccord avec la narration médiatisée de Paul Rusesabagina.

Plusieurs articles et livres ont été publiés, réfutant certains des événements qui sont largement soupçonnés d’avoir pris place dans l’hôtel.  Ces sources ont également porté des accusations contre Paul, déclarant qu’il aurait extorqué de l’argent aux clients de l’hôtel pour la chambre et la nourriture.  Il a également été affirmé qu’il avait envoyé une liste des clients de l’hôtel et leurs numéros de chambre à un commandant de l’armée rwandaise.

  1. L’événement qui a conduit au génocide a été déclenché par la mort du président rwandais Juvénal Habyarimana

Le 6 avril 1994, l’avion présidentiel transportant le président Juvénal Habyarimana (un Hutu) a été abattu par des assaillants inconnus.  Cet événement a été l’étincelle qui a déclenché le génocide rwandais.  Des extrémistes hutus enragés par la mort du président ont commencé à planifier l’éradication de l’ensemble de la population tutsie du pays.

  1. Plus de 250 000 femmes ont été agressées sexuellement pendant le génocide.

Plus de 250 000 femmes ont été agressées par des extrémistes hutus pendant le génocide, certaines d’entre elles étant mineures.

  1. Le héros de l’hôtel Rwanda, Paul Rusesabagina a été reconnu coupable par un tribunal d’accusations de terrorisme.

Paul a été reconnu coupable par le tribunal pour avoir formé un groupe armé illégal ayant des ramifications avec une organisation terroriste.  Rusesabagina a nié toutes les accusations portées contre lui, affirmant qu’il s’agissait de fausses accusations.

Les extrémistes hutus voulaient la mort de tous les Tutsis.  Les estimations scientifiques les plus largement acceptées sont qu’environ 500 000 à 800 000 membres de la tribu Tutsi ont été massacrés.

Le génocide rwandais était une période qu’aucun pays ne devrait avoir à traverser.  Des mémoriaux nationaux sont organisés chaque année au Rwanda pour rappeler aux citoyens le chemin emprunté, afin d’éviter que l’histoire ne se répète.

Raphael LUMOO

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire