Rwanda : Dieudonné Niyonsenga condamné à sept ans par la justice rwandaise

Lecteur Audio

Le journaliste rwandais Dieudonné Niyonsenga, très connu à travers ses vidéos très virulentes contre le régime de Paul Kagamé, a écopé de sept années de privation de liberté pour faux et usurpation d’identité.

Dieudonné Niyonsenga, dont la chaîne YouTube Ishema TV accumule plus de 15 millions de vues, a été reconnu coupable de quatre chefs d’accusation, notamment de faux et d’usurpation d’identité, le jeudi dernier.

« Le tribunal estime que les crimes dont Niyonsenga est accusé ont été commis intentionnellement », a déclaré le juge en prononçant le verdict jeudi avec une amende de cinq millions de francs rwandais (4280 euros). « Immédiatement la cour a ordonné que Dieudonné NIYONSENGA soit immédiatement arrêté et emmené pour purger sa peine de prison. »

Sans plus tarder, son avocat, Me Gatera Gashabana a laissé entendre à la presse qu’ils interjetteront appel car, estime t-il au micro d’akondanews.net « ce n’est tout simplement pas légal ».

Niyonsenga, plus connu sous le nom de Cyuma, qui signifie « fer », sur YouTube, ne s’était pas présenté au tribunal selon le porte-parole de la police rwandaise, Thierru MURANGIRA.

Très connu pour ses vidéos dénonçant les violations des droits de l’homme, Niyonsenga avait en avril 2020,  diffusé une série de vidéos accusant les soldats rwandais de graves abus à l’encontre des habitants des bidonvilles, dans le cadre du confinement strict mis en place pour lutter l’épidémie de coronavirus.

Peu de temps après, il avait été arrêté et accusé d’avoir transgressé les mesures de restriction en se faisant passer pour un journaliste, avant d’être envoyé en prison. Il a été acquitté et libéré 11 mois plus tard, mais les procureurs ont fait appel.

L’incarcération de Niyonsenga à l’instar des journalistes-blogueurs Aimable Karasira et Théoneste NSENGIMANA, reste inscrite dans la ligne droite de musèlement des critiques, des opposants et des journalistes au Rwanda, bien que des cas avérés de graves violations des droits humains et des abus du Front patriotique rwandais de Paul Kagamé, contre les populations rwandaises sont de plus en plus enregistrés.

Raphael LUMOO

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire