Réconciliation nationale biaisée : La grosse colère du ministre KKB, à l’ouest du pays

Lecteur Audio

Abidjan le 30 mai 2022.
Par Denzel Bereby

«Il faut donner l’occasion, à chacun de dire ce qui est dans son ventre», c’est par ce cri d’exaspération que le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin dit KKB, s’est lâché. Le ministre est en tournée dans la région du Guémon (ouest montagneux), depuis le mercredi 25 mai 2022. Et ce vendredi 27 mai 2022, il a rencontré les populations, les chefs coutumiers, les autorités politiques et administratives de Duékoué avec qui il s’est entretenu sur le thème majeur de sa fonction. Dans une région connue pour être le souffre-douleur de toutes les crises politiques que la Côte d’Ivoire a connu ces vingt dernières années.

«Je n’ai pas de position à donner, mais j’ai remarqué qu’il y a trop de manipulation ici à Duekoué, trop de manipulation, et le premier mal qui ronge le Guémon, c’est la manipulation et tout le monde fait de la manipulation: on va mettre fin à cela. Nous allons faire rejaillir la vérité ici à Duekoué, la vérité qui rassemble, la vérité qui unit, qui nous met ensemble», a-t-il indiqué. KKB a mis les chefs devant leurs responsabilités, lorsque les hommes politiques vont à la dérive. « Un vrai chef d’un village, c’est celui qui est capable de dire la vérité à tous ses enfants. Quand quelqu’un est dans le faux, il faut le lui dire. Car, on a fait l’expérience de la guerre, la guerre sème la désolation et la guerre n’apporte rien. La guerre a fait des veuves, des orphelins et des handicapés, mais ce n’est pas une fatalité», a martelé le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale. Ajoutant que : « Dans ce qui est arrivé, il ne faut pas chercher à accuser quelqu’un parce que nous sommes tous fautifs», a-t-il soutenu. La vraie réconciliation et la paix durable, recommandent l’éclatement de la vérité, selon KKB. «Si nous voulons nous réconcilier et revivre encore ensemble, que chacun de nous oublie ce que nous avons vécu. Il faut donner l’occasion à chacun de dire ce qui est dans son ventre et apporter la réparation en reconnaissant les torts des uns et des autres», a-t-il conseillé. Le ministre de la Réconciliation, a profité de de aubaine pour annoncer, l’organisation de la journée nationale de la paix, prévue chaque 15 novembre, dans la région du Guémon. «Cette année, le 15 novembre, je vais proposer au président de la République qu’on vienne célébrer la fête de la paix ici dans le Guémon», a informé le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale. Faisant cette précision: «Cette fois, ce n’est pas la journée de la paix seulement, c’est la journée nationale de la paix, du pardon et du souvenir qui sera célébrée». Il a relevé que durant une semaine, ses équipes sont venues pour les écouter afin de préparer ces festivités. De plus, il a passé une semaine pour également recueillir leurs besoins relatifs à une paix définitive.

Denzel Bereby

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire