RDC : Procès “100 jours” : trop de spéculations autour de l’avenir politique de Vital Kamerhe

Lecteur Audio

Kinshasa, le 23 avril 2022.La Cour de cassation de la République démocratique du Congo a annulé, lundi 11 avril 2022, l’arrêt de la cour d’appel qui a condamné à 13 ans de prison pour détournement de fonds publics Vital Kamerhe, l’ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi. Elle a renvoyé le dossier devant de nouveaux juges.

Cette décision provoque des mécontentements. Parmi les personnes que cette décision révolte, des acteurs du Droit. Georges Kapyamba, Coordonnateur de l’Accès pour la justice (ACAJ) est l’un d’eux. «Suite du dossier 100 jours: La population congolaise a le droit de savoir à quoi a servi en réalité les 57 millions $ qui ont été débloqués par le Trésor Public pour l’achat des maisons préfabriquées. Les juges ne doivent pas décevoir le Peuple au nom duquel la justice est rendue.» S’est prononcé l’avocat Me Kapyamba sur son compte Twitter.
Pareil pour Me Willy Wenga, avocat au barreau de Kinshasa/Gombe pour qui « Vital Kamerhe sera un homme libre de tout mouvement après son retour à Kinshasa ce lundi 18 avril 2022» car l’arrêt rendu en Cassation sur le dossier “100 jours”, annulant le verdict de la Cour d’Appel, permet à Kamerhe à se retrouver en dehors des barreaux. Alimentant la suspicion à l’annonce de cette décision de la Cour de Cassation, l’UNC de Vital Kamerhe affirmait déjà que « la justice a dit le Droit ». Plusieurs manifestations des partisans de Vital Kamerhe qui ont suivi ce verdict, laissaient d’ailleurs croire à sa libération totale, alors que le dossier est plutôt renvoyé devant la Cour d’Appel pour être rejugé. Mais cette décision a été interprétée comme une façon de chercher à l’acquitter.

Pour rappel, la Cour d’Appel avait réduit à treize (13) ans, en second degré, la peine de servitude pénale infligée à l’ancien président de l’Assemblée nationale

Sammy Jamal un autre co-detenu de kamarhe dans le proces cent jours

qui a été aussi Directeur du président Felix Tshisekedi. L’accusé devait vivre derrière les barreaux, à en croire la sentence du premier degré, pendant vingt (20) ans.

Les avocats de Kamerhe, contestant cette décision d’appel, s’étaient pourvus en cassation qui l’a mise en liberté provisoire depuis janvier 2022 sous caution enfin d’aller se faire soigner à l’étranger. Mais depuis son retour le 18 avril 2022 dernier, ses proches multiplient des déclarations. Il s’agit notamment des spéculations sur sa nomination au poste du Premier Ministre en remplacement de Sama Lokondé Kengé. Pendant ce temps Samy Jamal son co-accusé reste en prison pour le même fait.

Raphael LUMOO
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire