RDC : Mise en œuvre des accords entre le gouvernement et les organisations syndicales

Lecteur Audio

Kinshasa, le 27 avril 2022- Depuis très longtemps les enseignants de l’EPST réclament l’amélioration de leur enveloppe salariale. Des revendications qui ont toujours fait l’objet d’accords dûment signés entre le gouvernement et les organisations syndicales. Comme c’était le cas avec les accords de Mbundi, Bibwa et récemment les accords de Mbuela lodge. Mais ceux-ci ce sont tous soldés par des issues infructueuses, ou encore ce sont des promesses sans lendemain.

De fait, les enseignants espéraient l’amélioration de leur enveloppe salariale et s’attendaient, ce mois d’avril, à la prise en charge par l’état, des nouvelles unités enseignantes et des enseignants non payés. Mais grande est la désillusion, puisque l’accord du paiement n’a pas été effectif. Du coup ce mois d’avril ressemble aux autres. Les attentes des enseignants étant restées vaines.

École primaire watsa dans la province du bas ulee en RDC

Le non-respect des accords de paiement crée  du coup des remous. Des voix, parmi le corps enseignant, s’élèvent de partout pour fustiger ce non respect de la parole donnée. Des corporations des enseignants menacent d’entrer en grève. Toute chose que les parents d’élèves craignent à quelques mois de l’arrêt des notes et des cours pour les vacances d’été. En attestent les nombreuses déclarations de dénonciation, parmi lesquelles celles du SYNEEPP Nord Kivu du 24 avril 2022, celle de SYNECAT Nord Kivu du 24 avril 2022 …).Nous émettons le vœu de voir les deux parties : gouvernement et banc syndical se mettre au tour d’une même table en vue de jouer positivement au respect des accords déjà signés afin d’éviter les grèves qui s’annoncent dans le milieu des syndicalistes.” affirment les enseignants.

S’exprimant sur cette situation madame MBAMBU LUVUNO  appelle « le gouvernement de bien vouloir respecter les accords déjà signés dans l’objectif d’une bonne marche de l’éducation scolaire en République Démocratique du Congo car le contraire, c’est continuer à hypothéquer l’avenir de nos enfants congolais dont l’éducation reste un droit et dans tout ça l’enfant de l’Est vie déjà la misère suite à la situation sécuritaire»

Raphael LUMOO
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire