RDC : les députés nationaux de l’Ituri et du Nord-Kivu sèchent leur participation aux plénières de prorogations de l’état de siège.

Lecteur Audio

Kinshasa, le 02 novembre 2021, Au moins, 57 députés nationaux de l’Ituri, du Nord-Kivu mêlés à ceux des autres provinces de la RDC ont suspendu le lundi 1er novembre 2021, leur participation à toutes les séances plénières portant sur la prorogation de l’état de siège dans les deux provinces concernées.
Cette statistique a été constatée dans une déclaration commune faite par ces signataires à leur sortir de la salle de l’Assemblée Nationale de ce lundi dont la 11ème prorogation était l’un des points inscrits à l’ordre du jour.

Manifestation des élues lors de la pléniere.

Ces représentants du peuple ont motivé leur démarche parlementaire par « l’irréalisation de la mission de ce régime qui, selon eux, est encore venue empirer le problème sécuritaire dans les entités concernées par l’état de siège.
Un député national de l’Ituri (Mr IRACAN) joint au téléphone par akondanews.net souligne que si l’Assemblée Nationale prorogerait l’état de siège pour la 11 ème fois sans leur consentement, « cela prouverait la complicité de l’état congolais dans l’insécurité de l’Ituri et du Nord-Kivu car, poursuit-il, tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi ».
« Souvenez-vous du principe selon lequel tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi. Si l’Assemblée arrivait à proroger l’état de siège, nous saurons déjà que l’état congolais connait ce qui se passe en Ituri et du Nord-Kivu. Nous sommes motivés par le fait que la mission pour laquelle l’état de siège a été décrété n’est pas encore atteinte », a expliqué Ezéchiel Barnabas Kambale, élu de la circonscription électorale de Mambasa.
Pour rappel, ce régime a été décrété le 03 mai et entré en vigueur le 06 mai soit 3 jours après, mais les organisations des sociétés civiles de ces deux provinces ont eu à comptabiliser plus de 1.000 morts, seulement lors de ce 5 mois de l’état de siège et le dirigeant à travers les parlements (assemblé national et le SENAT) sont restés incessible aux souffrances de la population.
Raphael LUMOO

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire