RDC : Le Torchon brûle entre le syndicat et la Direction Générale par intérim de la RTNC

Lecteur Audio

Kinshasa, 14 novembre 2021-Les violons semblent loin de s’accorder entre le syndicat et le Directeur général intérimaire de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC) dirigé par M. Freddy Mulumba là où, la division gagne du terrain entre les membres de la délégation syndicale. D’un côté, un groupe considéré proche du Directeur Général intérimaire et de l’autre un  groupe concurrent au Directeur Général intérimaire qui accuse M. Mulumba d’être orgueilleux, mauvais gestionnaire et non coopératif.

Dans un communiqué publié sur toute l’étendue du territoire national, la délégation syndicale demande à l’ensemble du personnel de la RTNC de se lever et de marcher. « RTNC lève toi et marche. Pour notre barème de 2022, toute la RTNC doit se rendre au Parlement ce lundi 15 novembre à 9 heures pour un sit-in inédit. L’objectif est d’arracher auprès des deux chambres du parlement l’insertion du nouveau barème dans la loi des finances 2022 qui est en discussion en ce moment. » Dixit le communiqué de la direction syndicale.

Le communiqué souligne que la loi des finances (Budget) que le gouvernement a transmis au parlement pour adoption ne prévoit aucune augmentation des salaires des agents de la RTNC.

Du côté du gouvernement, on signale que les salaires des Agents et cadres de la RTNC ne sont pas des salaires de misère. Le budget alloué à la RTNC n’est pas insignifiant et peut aider à améliorer la qualité de vie des agents.

En fait, tout le problème selon la direction syndicale, réside en la répartition des millions mis à la disposition de la RTNC. Les autorités accordent plus d’importance aux primes (leurs primes). Les Directeurs comme celui des Ressources Humaines est rémunéré à 7 millions de Francs congolais de primes équivalent à 35000 USD. La répartition des voitures non comprise.

Entre temps, la misère et la déshumanisation sont le vécu quotidien chez les journalistes qui végètent et travaillent dans des conditions difficiles dans un environnement fortement marqué par le favoritisme.

Et pourtant, tous les espoirs de l’ensemble du personnel étaient fondés sur le contrôle de l’Inspection générale des finances (IGF).

« Aujourd’hui, on vient de totaliser huit mois depuis qu’on parle du contrôle à la RTNC. Mais jusque là rien n’est dit, rien n’est signalé. On se demande si ce n’est pas de la poudre aux yeux », a laissé entendre un syndicaliste, très remonté de la situation à la RTNC.

Quid de la bonne gouvernance et de la justice sociale promises par le président Félix Tshisekedi ?

Raphael LUMOO

Akondanews .net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire