RDC : La MONUSCO va-t-elle plier bagages ?

Lecteur Audio

Kinshasa, le 25 juillet 2022- Sale temps pour la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo ! Bien que la République Démocratique du Congo soit dans l’obligation de respecter les accords qui la lient aux Nations unies dans le cadre de stabilisation du pays en matière politique, économique et sécuritaire, la MONUSCO semble ne plus être en odeur de sainteté avec certaines autorités, la jeunesse et plusieurs mouvements citoyens.

Eu égard à l’insécurité grandissante qui continue de décimer les populations, le Président du sénat BAHATI LUKWEBO Modeste est monté au créneau pour dénoncer l’inaction de la Mission onusienne face à ces actes de barbarie. Sans passer par le dos de la cuillère, il a exigé son départ sans délai.

Militants de la Lucha au QG de la MONUSCO à Goma

A l’en croire, présente depuis plus de 22 ans sur le sol congolais, il n’y eut aucune avancée notable avec la mission des nations unies en matière de sécurisation des populations dont le plus grand nombre de victimes se trouve à l’Est de la RDC. Ne sont pas restés en marge de cette protestation, les mouvements citoyens tels que Véranda Mutsanga, Parlement de FURU, Lutte pour le Changement (LUCHA), citoyens Filimbi ainsi que les femmes, les jeunes de la société civile, ceux des partis politiques dont le parti au pouvoir, pour lesquels les soldats de la paix ne méritent plus la confiance des Congolais.

Du côté de Kinshasa, le Ministre des Affaires Etrangères Christophe Litunda Apala et celui de la Communication Cherubin Okende Senga quant à eux, dans un point de presse, ont condamné avec la dernière énergie, les actes de vandalisme perpétrés par les manifestants.

Même son de cloche pour le président congolais du Sénat qui nonobstant son appel à la Mission onusienne de plier bagages, a sévèrement mis en garde les manifestants contre toute tentative d’atteinte à la vie et aux biens des casques bleus. Car un rapport de monitoring faisait état de ce que dans la ville de Goma, trois bases de la mission ont été la cible de manifestants qui ont saccagé plusieurs biens.

Manifestations décrétées pour une semaine, on ne sait jusqu’où iront les manifestants et ce qu’envisage le gouvernement pour contenir leur furie. Va-t-il aller dans le sens des manifestants ou ramer à contrecourant des contestations et maintenir la MONUSCO ? L’avenir nous situera.

Raphael LUMOO, Correspondant

akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire