RDC : La Cour d’appel de Versailles innocente en partie Koffi Olomide

Jugé en appel dans l’affaire d’agressions sexuelles et séquestration, la star de la rumba congolaise, Koffi Olomide a été relaxé ce lundi 13 décembre 2021 bien qu’il n’ait jamais été détenu dans une prison par la justice française, pour agressions sexuelles sur quatre de ses ex-danseuses. Toutefois, il a été condamné à 18 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire de 3 ans, pour séquestration  lors de ses tournées en France en 2002 et 2006.

Parmi les motifs de sa relaxation dans l’affaire d’agressions sexuelles, la présidente de la 7ème chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Versailles, près de Paris, a évoqué notamment des « déclarations évolutives, parfois contradictoires » des plaignantes.

« En revanche, la séquestration ne fait aucun doute, avec des plaignantes privées de toute liberté et surveillées de manière constante entre 2002 et 2006 dans un pavillon de banlieue parisienne,» affirme la juge.

Disons que Koffi Olomide était poursuivi pour agression sexuelle et séquestration sur ses anciennes danseuses. Le chanteur répondait aux accusations de quatre femmes congolaises, ses anciennes danseuses qui avaient déposé plainte entre 2007 et 2013. Elles l’artiste chanteur de séquestration dans un pavillon gardé près de Paris, lors de ses tournées françaises, et même de rapports sexuels non consentis de façon régulière pour certaines.

Lesquelles accusations ont été, vigoureusement rejetées par l’accusé. Il avait en octobre dernier dénoncé les « mensonges » des parties civiles. « Ce sont des récits concertés, un complot pour casser (ma) carrière », avait-il déclaré.

Cette décision intervient pendant que Koffi Olomide est en tournée pour soutenir les FARDC à l’est de la RDC à savoir Goma, Bukavu et Beni, avant de s’envoler en Afrique de l’Est, notamment au Rwanda et à Nairobi au Kenya.

Raphael LUMOO

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire