RDC : Démission de Jean-Marc Kabund au poste du premier vice-président de l’Assemblée Nationale

Lecteur Audio

Après avoir vu sa résidence saccagée par des éléments de la garde républicaine, le président du parti au pouvoir démissionne de son poste de vice-président de l’Assemblée Nationale après y avoir été réélu lors de la reconfiguration de la majorité présidentielle début 2021.

« En ce jour je prends la décision de démissionner de mes fonctions de premier  Vice Président  de l’Assemblée nationale congolaise. Ainsi s’ouvre une nouvelle page de l’histoire, qui sera écrite avec la sueur de notre front, qui coulera chaque jour qu’on affrontera les brimades, humiliations et tortures… » a indiqué Jean-Marc Kabund dans un bref tweet.

Une décision qui a suscité de vives réactions des militants et partisans de ce dernier qui sont venus s’enquérir de la situation. Pour l’ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale cette « décision est prise dans l’intérêt du peuple » et qu’il « n’est ni traitre, ni affairiste et ne travaille pas pour son intérêt personnel ». 

Dans cette décision, l’honorable Jean Marc Kabund laisse entendre un abandon de la part du chef de l’Etat, qui jusqu’à présent, n’a donné aucune réaction à cette affaire. En outre, selon certaines sources, il semblerait que l’ordre de saccager la résidence du premier vice-président de l’Assemblée nationale émanerait de la haute hiérarchie.

Depuis l’accession de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême, le parti présidentiel resté aux mains de Jean-Marc Kabund et d’Augustin Kabuya Tshilumba s’enfonce dans une confusion de leadership. Plusieurs fédérations provinciales dans l’espace Kasaï et dans le grand Katanga notamment n’ont pas hésité à bouder ouvertement le leadership de Kabund.

Il est difficile de percevoir lucidement les tensions politiques qui secouent le parti présidentiel et ses leaders. Ce que l’on sait est que Jean-Marc Kabund semble gérer plusieurs crises internes au sein de son parti.

L’acte posé par Jean Marc Kabund est un signal fort pour le parti présidentiel  après une série d’incidents qui interpelle Mr Felix Tshisekedi, de prendre la commande du parti et éviter l’émiettement de son héritage dans le cas contraire ce sont les résultats des élections en 2023 qui seront sérieusement affectés.

Raphael LUMOO

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire