Quelle loi le footballeur Idrissa Gana Gueye a violé ?

Samedi 14 mai 2022 dernier, le club de football, Paris Saint-Germain (PSG), affrontait l’équipe de Montpellier dans le cadre du championnat de la ligue professionnelle française. Le sénégalais Idrissa Gana Gueye, le milieu parisien a refusé de jouer avec le maillot floqué en arc en ciel, instauré par la LFP dans le cadre de la lutte contre l’homophobie. Et depuis ce jour, c’est le lynchage médiatique du champion d’Afrique, à la fois par des journalistes et politiques français. Pendant que d’autres traitent le joueur d’homophobe, d’autres comme Mme Pécresse demandent qu’il soit sanctionné. Mais quelle faute Idrissa Gana Gueye a-t-il commis ?

  1. Pourquoi la FFF n’a jamais instauré une journée contre le racisme ?

Il est quand même surprenant de constater que la fédération française de football (FFF) n’ai jusqu’à ce jour, pas encore institué également des journées de lutte contre le racisme (dont beaucoup de joueurs AFRICAINS ou d’afro-descendants en souffrent presque quotidiennement) et de tolérance. Nous savons que chaque 10 mai depuis 2001, l’esclavage est admis comme un crime contre l’humanité. Et cela grâce à la loi n° 2001-434 du 21 mai 2001, dite Loi TAUBIRA qui reconnaît l’esclavage comme UN CRIME CONTRE L’humanité. Cette déportation massive (l’esclavage) des Africains qui a duré pendant plus de quatre siècles, bien que soit abolie par les lois, n’a pas été abolie dans l’esprit de beaucoup d’européens.

D’ailleurs, cela les conduit à agresser les Africains, puis à occuper le Continent-Mère. C’est cela qu’ils ont défini de “colonisation”. Pour eux, c’est civiliser les Africains. Bien évidemment, cette vision de l’africain sauvage, pas civilisé, le dernier dans la hiérarchie humaine sera enseignée dans les écoles. Des intellectuels européens dont certains sont des philosophes dits de lumière vont même, pour certains, nier l’humanité des Africains. Nous pensons à : David Hume, E. Kant, Victor Hugo, Voltaire, Heigel, Montesquieu, le comte Gobineau, etc.

Voilà pourquoi, dans certains stades de football, des supporters comparent les joueurs Africains à des animaux, notamment des singes. C’est ainsi que l’on entend des supporters faire des cris de singes. Ou voir d’autres lancer aux joueurs africains ou d’origine africaine des bananes. Pire, tiennent des propos racistes à l’endroit d’autres joueurs africains ou afro-descendants comme le cas récent de la star brésilienne NEYMAR.

En effet, lors du match Olympique de Marseille contre le PSG, le 13 septembre 2020, le défenseur Alvaro Gonzalez a traité la star brésilienne de singe. [1]. Cela a déjà révolté plus d’un joueur africain sur l’aire de jeu. On pense par exemple à NEYMAR, Joseph Antoine BELL,  Samuel ETO’O, Romelu LUKAKU, Vincent KOMPAGNY, Marco BALLOTTELLI, Paul POBA, Marc ZORO, Lliliam THURAM, etc. On nous apprend qu’en Belgique, on compte 32 cas par mois [2]. C’est pourquoi nous ne comprenons pas cet oubli de la Fédération française de football. Nous espérons qu’elle (FFF) organisera prochainement une journée contre ce déni d’humanité des acteurs du football.

  1. Donc ne pas participer à une manifestation de soutien à une cause est un délit ?

Après l’invasion de la Libye par l’OTAN dirigée par la France, le 15 février 2011, il s’en est suivi l’assassinat du président de ce pays le colonel KADHAFFI, le 20 octobre 2011. Après sa mort, ce sont des groupes armés à qui les occidentaux ont partagé les armes qui en sont devenus les maîtres de ce pays. Entre temps, pendant la guerre une propagande fut véhiculée selon laquelle, les Africains subsahariens seraient des mercenaires soutenant le régime de KADHAFFI. Et la Libye devint un enfer pour les Africains qui doivent quitter au plus vite ce pays. Même, en rejoignant l’Europe, le calvaire de certains continua. Car le 4 juillet 2017, la commission européenne élabora un plan consistant à renvoyer en Libye des migrants africains qui avaient déjà traversé la méditerranée pour se retrouver en Italie.

En plus, l’union européenne a soutenu le plan des “autorités libyennes d’étendre leurs frontières maritimes au-delà des 22 km. Or  conventionnellement”, les eaux territoriales de la Libye s’étendaient seulement à 12 milles nautiques au départ des côtes (22 km) [3]. Et c’est dans ce contexte que nous apprenons l’impensable. (Entendons-nous bien : Ces plans ne justifient pas ou ne dédouanent pas les trafiquants libyens dans la vente des migrants africains subsahariens dont nous allons parler).

En effet, le 14 novembre 2017, la chaîne américaine CNN diffusa des images montrant des migrants Africains subsahariens faisant l’objet d’enchères, c’est-à-dire qu’on vendait comme il y a des siècles des Africains. Cela avait créé de l’indignation chez beaucoup d’africains. En Europe, notamment en France (Paris), il eut une manifestation dont 98% étaient des Africains et Afro-descendants. Quelques démocrates européens furent présents à la manifestation. Mme Pécresse n’est pas venue à la manifestation comme ces nombreux journalistes qui, aujourd’hui, condamnent Idrissa Gana Gueye. Ils n’ont même pas instauré le débat sur les chaînes de télévision qu’ils animent.

Alors que la déclaration universelle des droits de l’homme de 1946, en son article 4 dispose: ” Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes les formes.”

Second exemple, ce fut l’assassinat raciste de l’afro-americain Georges Floyd, le 20 mai 2020 par la police de Minnesota (États-Unis). En Occident, il eut des manifestations. À l’instar des autres manifestations, à celle de Paris (France), on comptait encore une très grande majorité d’africains et d’afro-descendants. Là encore Mme Pecresse et tous ces journalistes ne sont pas sortis manifester.

Dans ces deux exemples, aucun(e) africain(e) n’a taxé de racistes ceux qui n’ont pas manifesté contre ces crimes contre l’humanité.

Et donc pourquoi traiter Idrissa Gana Gueye d’homophobe parce qu’il n’a pas participé à la cette campagne ?

  1. Aucune loi n’oblige à soutenir une cause.

Existe-il une loi, en France qui condamne toute personne qui ne soutiendrait pas une cause ? Pour notre part, nous n’avons connaissance d’une loi dans ce sens qui obligerait une personne à soutenir une cause. Comme disait  un internaute Shiny Dosso, “Là où les uns sont libres de leurs choix, les autres sont libres de les soutenir ou pas”.

Les joueurs de football africains et Afro-descendants sont confrontés presque dans les stades à un racisme primaire de la part des supporters. Organiser une journée de sensibilisation également ne serait pas de trop. Et ceux qui, ce jour-là, refuseraient de porter le maillot, c’est leurs droits. Le joueur international sénégalais du PSG, Idrissa Gana Gueye n’a violé aucune loi en décidant de ne pas porter  ce maillot floqué aux couleurs de la LGBT. Cela n’induit pas qu’il est contre l’homosexualité. C’est son droit de conscience et aucune loi ne l’y interdit. C’est pourquoi nous (MORAF) condamnons cette campagne médiatique nauséabonde à relent raciste. Ce qu’il faut condamner ce n’est pas le fait de ne pas soutenir une cause, mais le fait de ne pas respecter cette cause.

L’histoire est le tribunal des peuples.

Fait le 20 mai 2022

Tapé GROUBERA, Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).

Akondanews.net

[1] https://www.google.com/amp/s/www.eurosport.fr/football/ligue-des-champions/2019-2020/neymar-evoque-a-nouveau-laffaire-alvaro-gonzalez-cela-a-eu-lieu-avec-moi-au-debut-de-saison_sto8026072/story-amp.shtml

[2] https://www.moustique.be/actu/sport/2022/02/28/racisme-football-belgique-signalements-come-together-229342

[3] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/30/renvoyer-les-migrants-en-libye-le-plan-controverse-de-la-commission-europeenne_5178521_4355770.html

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire