Par-delà la coupe du monde

La coupe du monde qui se déroule cette année au Qatar continue de faire vibrer les fans de football dans le monde. Mais il y’a aussi d’autres terrains sur lesquels la compétition est tout aussi féroce. C’est en effet le cas en Ukraine où la guerre perdure, chaque camp campant sur ses certitudes. Ces dernières heures, les Occidentaux ont d’ailleurs ajouté une nouvelle pierre à l’édifice de leur stratégie pour vaincre les russes. Celui-ci n’a en réalité jamais varié au fond.

En effet, de Bruno Lemaire à la décision de L’UE de plafonner le prix du pétrole russe, il s’agit toujours d’assecher les finances du Kremlin pour l’empêcher de financer la guerre en Ukraine. Alors, après des mois de discussion les européens et leurs dérivés du G7 ont fini par se mettre d’accord contre le pétrole russe.
Mais au-delà du boucan médiatique, pour qui connaît la réalité du prix sur le marché mondial, 65 dollars, la décision de l’UE d’acheter le pétrole russe à 60 dollars, est purement symbolique. A juste titre, elle a d’ailleurs déplu aux bonnes fées ukrainiennes, Zelynski en tête.
Les Africains doivent donc bien suivre ce qui se passe autour de cette guerre. En effet, l’épisode de ces dernières heures est d’autant plus instructif qu’il nous montre comment les Occidentaux s’organisent pour acheter au prix voulu les matières premières dont ils ont le plus besoin.
On a l’exemple du cacao et de toutes nos matières premières vendues au prix voulu par les Occidentaux aux nations développées. D’ailleurs, avec les accords ACP, c’est la France en particulier qui vend l’ensemble de notre production agricole en se tapant les plus-values qui lui paraissent nécessaires.
Bref, la stratégie du plafonnement des prix du pétrole russe obéit à cette stratégie. A acquérir une matière vitale pour leur économie et appauvrir le producteur russe.
Sauf que la Russie n’est pas l’Afrique. Dimitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine a d’ailleurs prévenu que la Russie ne vendra son pétrole qu’au prix du marché et que tant que la position européenne n’évoluera pas, point d’échanges avec l’UE. Avec l’hiver qui arrive, on verra bien si cette arrogante digue tiendra.
Pour la leçon de morale, en revanche, cet autre instantané de la confrontation Occident-Russie doit nous aider à comprendre une fois pour toutes que lorsque le client fixe le prix à la place du producteur, c’est que le second est perdu.
Joseph Titi Gnahoua
Akondanews.net
Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire