Ousmane Sonko : « S’il y’avait pas la paix, les gens penseraient autre chose »

Lecteur Audio

Ousmane Sonko est l’opposant farouche au président Macky Sall. A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, il s’est livré à nous pour répondre à nos questions. A l’en croire, le Sénégal est un havre de paix. Contrairement en ukraine, dit-il, les gens n’ont pas le temps de célébrer la journée des femmes.

Aknews : Comment analysez-vous la journée des droits des femmes ?
Ousmane Sonko : C’est une journée exceptionnelle, nous l’avons fêté dans la paix. Si nous n’avons pas cette paix, les gens vont penser à autre chose. En ukraine, les populations sont sûrement en train de penser à autre chose plutôt que de célébrer cette journée dédiée aux femmes du monde. Donc, ce n’est que dans la paix que nous pourrons réaliser nos rêves. Et vous les femmes de la Casamance, vous êtes dans cette dynamique de paix et de développement depuis plusieurs années. Mieux, vous l’avez toujours exercé dans la constance. Je vous félicite et je vous réitère notre ouverture, notre volonté à collaborer avec vous.
Aknews : Quelle est votre histoire avec cette journée ?
Ousmane Sonko : Entre la journée du 8 mars et moi, c’est une histoire singulière et originale. Et pour cause, Dieu a fait que l’un de mes enfants est né un jour du 8 mars et moi. Mieux encore, quand nous étions étudiants à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, mes amis et moi, nous nous sommes toujours organisés pour saboter la journée du 08 mars qui était toujours organisée par nos camarades étudiantes à travers des panels. Maintenant, que je veuille ou pas, je suis obligé de célébrer le 08 mars comme toutes les femmes du monde. Mieux, quand des gens ont voulu attenter à ma vie ou me mettre en prison( en mars 2021 à cause des accusations de viols et menaces de morts de la jeune masseuse Adji Sarr) à travers un complot, en faisant passer leur sale besogne à travers une femme (Adji Sarr), Dieu le tout puissant, quand il a voulu régler cette affaire et après que ces gens m’ont gardé pendant cinq jours, j’ai aussi été libéré un jour de 8 mars et j’ai été ramené dans la matinée chez moi. Donc, le 8 Mars est un grand jour pour moi. Je ne pouvais pas, dès lors, ne pas venir célébrer cette journée avec les femmes.
Aknews : Quel est votre message ?
Je voudrais à cette occasion passer un message qui est très important pour moi. Nous sommes aujourd’hui à la tête de la municipalité et du département de Ziguinchor. Nous ne sommes pas venus pour villégiature, ni pour faire la noce, ni pour s’enrichir, ni pour avoir de la notoriété. Notre seul mot est : travailler pour Ziguinchor. Les élections locales du 23 Janvier 2022 sont aujourd’hui derrière nous. L’appartenance ethnique, religieuse et politique d’une quelconque personne ne m’intéresse pas, seule la ville de Ziguinchor m’intéresse.
Akondanews.net
Réalisé par Mapote Gaye

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire