Niger : Le syndicat des étudiants condamne les attaques terroristes récurrentes et exige du Gouvernement la prise des mesures adéquates

Lecteur Audio

Niamey, 17 mai 2021 – Le Comité Exécutif de l’Union des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), dans une déclaration rendue publique sur la situation sécuritaire du pays ce lundi 17 mai 2021, a condamné les récentes attaques meurtrières récurrentes dans le pays et a exigé du Gouvernement la prise des mesures adéquates.
« Le Niger, havre de paix et d’espoir, est devenu un champ de bataille barbaro-romain, où il continue d’être le nid et la cible d’attaques meurtrières venant de groupuscules de tout genre et chaque jour qui se lève s’estompe avec son lot de deuils », fait constater la déclaration, selon laquelle le pays est dans une décadence totale et sa souveraineté territoriale semble être émasculée.
Avec ces multiples attaques perpétrées par les forces du mal ces derniers jours dans les localités de Diffa, Tahoua et Tillabéry, où plus de 200 civils ont perdu la vie dans une guerre qui fait également beaucoup de victimes militaires, “des villages dans l’ouest du Niger se vident de leurs habitants”, font, en outre, observer les étudiants de l’université de Niamey, déplorant que les personnes déplacées arrivent par centaines, notamment de la zone d’Anzourou pour trouver refuge à Tillabéry, le chef-lieu de la région.
« Ces déplacés viennent chercher refuge après avoir été sommés de quitter leurs villages par des hommes armés qui ont aussi volé leur bétail et détruit leurs greniers », ajoute la déclaration de l’UENUN qui condamne avec amertume la recrudescence de ces attaques terroristes, avant d’exiger du Gouvernement nigérien la dotation des FDS des moyens adéquats et des matériels nécessaires pour faire face aux forces du mal qui terrorisent les populations nigériennes.
L’UENUN exige également du Gouvernement de prendre des mesures idoines pour les déplacés de Tillabéry et d’ailleurs, pouvant les mettre dans des situations humainement possibles.
En effet, note-t-on, depuis quelques jours, le stade de football de la ville de Tillabéry, à l’ouest du pays, est envahi par des populations qui ont quitté leurs villages, fuyant l’insécurité et les menaces des groupes terroristes qui s’en prennent désormais aux populations civiles.

KPM

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire