NIGER : La Banque Mondiale finance pour près de 220 milliards F CFA un projet sur l’eau et la sécurité alimentaire au Niger

Lecteur Audio

La Banque Mondiale a approuvé pour environ 220 milliards F CFA un projet sur la lutte contre le stress hydrique et la sécurité alimentaire au Niger. Dénommé Projet de Plateforme intégrée pour la sécurité hydrique, ce financement touchera environ trois millions de bénéficiaires directs, selon le communiqué de l’Institution financière mondiale.

Cette initiative, dont l’objectif est de  renforcer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de des habitants, utilisera des technologies novatrices, indique le communiqué, qui précise qu’il s’agira en particulier de promouvoir la gestion participative des ressources en eau du pays, optimiser l’approvisionnement, l’assainissement et la prestation de services d’irrigation, tout en veillant à assurer une viabilité à long terme de ces améliorations.

« Le projet vise à renforcer la gestion des ressources hydriques, à élargir l’accès aux services d’eau et à améliorer la résilience face à sa variabilité selon les régions du pays », ajoute le document, notant que sa mise en œuvre contribuera à améliorer la gestion des ressources hydriques grâce à de meilleurs systèmes de surveillance et au renforcement des capacités, mais permettra en plus de mobiliser les ressources en eau et promouvoir une utilisation durable dans tous les secteurs ; de restaurer l’environnement afin d’améliorer la résilience des moyens de subsistance agricoles et ruraux face à la sécheresse et aux inondations tout en favorisant la conservation des terres et de l’eau.

Le projet ambitionne, de surcroit, d’étendre les services de développement rural, notamment l’irrigation à petite échelle et les activités liées à l’utilisation de l’eau pour les éleveurs et l’aquaculture; d’améliorer l’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement, tout en veillant à favoriser la résilience et à limiter les émissions de carbone.

En effet, explique Joëlle Dehasse, la Responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Niger, l’accès à des services sociaux de base équitables pour tous les Nigériens est fondamental pour améliorer le capital humain et les moyens de subsistance. Selon elle, « ce projet constitue un investissement déterminant pour améliorer l’accès à l’eau et la gestion d’une ressource rare dans un pays aux prises avec les effets du changement climatique. Il aidera le Niger à améliorer la qualité et la viabilité des services d’eau essentiels à tous les niveaux, qu’il s’agisse de l’irrigation à petite échelle, de l’abreuvement du bétail et de la transformation des fourrages, de l’extension des services d’approvisionnement et des installations sanitaires publiques, de la promotion d’une bonne hygiène pour de meilleurs résultats de santé ou des réformes institutionnelles ».

Au Niger, de nombreux ménages ne sont pas raccordés à un système d’alimentation en eau potable et les familles consacrent beaucoup de temps à la collecte de l’eau, une tâche qui empêche souvent les filles d’aller à l’école.

En 2017, seule la moitié de la population avait accès aux services d’eau élémentaires, selon la BM. En raison du changement climatique, les régimes de pluie sont devenus plus courts mais plus intenses, ce qui nuit à la productivité agricole et, par ricochet, à la sécurité alimentaire. Enfin, une mauvaise gestion des ressources en eau et la dégradation généralisée des sols résultant de pratiques agricoles et de pâturage excessifs ont limité l’accès à l’eau et aux terres arables.

Cette opération, financée par un crédit de l’Association internationale de développement (IDA), est en ligne avec les orientations de la Déclaration de politique générale du Premier Ministre du Niger, dont le troisième axe est consacré au développement du capital humain, rappelle-t-on.

 

KPM

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire