MALI : Olivier Salgo porte-parole de MINUSMA persona non grata

Lecteur Audio

Le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Mali a dans un communiqué rendu public le 20 juillet dernier  par la voix du Gouvernement malien, notifié à Monsieur Olivier Salgado, le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à quitter le pays en raison de ces agissements qui portent atteinte au partenariat avec la MINUSMA et autres partenaires.

Selon le communiqué du Ministère malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationales, Olivier Salgado a dans l’affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés à l’aéroport international Président Modibo Kéita le 10 juillet 2022 pour tentative de déstabilisation du Mali, indiqué dans un tweet sans aucune preuve que « les Autorités maliennes auraient été préalablement informés de l’arrivée des 49 militaires ivoiriens par vol civil, à l’aéroport international Président Modibo Kéita, le dimanche 10 juillet » et ce, dans un contexte politico-diplomatique extrêmement tendu entre Bamako et Abidjan, ou chacun réfute les arguments défensifs mis en relief par son voisin.

Les autorités maliennes, tout en constatant l’incapacité d’Olivier Salgado de fournir la preuve de ses affirmations ou d’apporter la rectification nécessaire au contenu de son tweet, eu égard à la demande officielle à lui adressée par sa hiérarchie depuis le 12 juillet 2022, se voient donc de bon droit d’exiger son départ du pays car « le Ministère ne saurait passer sous silence ces agissements qui portent atteinte au partenariat avec la MINUSMA et d’autres partenaires ».

En attendant le départ effectif du porte-parole de la MINUSMA du Mali prévu ce jour, rappelons que les 49 militaires ivoiriens arrêtés à Bamako avec leurs armements et munitions de guerre, ainsi que d’autres équipements militaires, ont été remis à la justice du pays car, étant considérés comme des mercenaires ayant pour objectifs la déstabilisation du Mali et l’arrêt du processus de « Refondation » du pays amorcé par les militaires au pouvoir depuis le 19 août 2020.

Adingra OSSEI, Correspondant

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire