Le Mfa et Anaky répondent à Alassane Ouattara après son discours sur l’état de la nation : Votre « mandat reste frappé du sceau de l’anticonstitutionnalité »

Lecteur Audio

Le discours sur l’état de la nation prononcé par Alassane Ouattara, le mercredi 19 avril dernier devant le Congrès réuni à Yamoussoukro, continue de faire des vagues. Le jeudi 21 avril, c’était le PPACI de Laurent Gbagbo qui dans une déclaration par son Porte-parole et vice-président Koné Katinan Justin qui en relevait « les insuffisances » sur plusieurs points. Le Vice-président du PPACI avait pointé ces insuffisances « au plan de la réconciliation nationale et la cohésion sociale » ; « au plan socioéconomique » ; « au plan sécuritaire » ; et « au plan diplomatique ».

Hier mardi 26 avril, soit une semaine plus tard, c’est au tour du Mouvement des forces d’avenir (MFA) et son président-fondateur Innocent Anaky Kobena de livrer « son sentiment ».

D’abord pour le Mfa, « tous ceux qui, le 15 mai 2005 à Paris, ont cru voir dans la naissance de l’Alliance politique RHDP à Paris la résurgence d’une volonté partagée de leaders politiques Ivoiriens à œuvrer vers un idéal de nation reconstituée et retrouvée ivoirienne, sont désormais tous revenus sur terre. Qu’est ce qui peut encore justifier que le Président Alassane Ouattara s’arroge et confisque pour lui seul et son cercle étroit le label ‘’Houphouët-Boigny’’ ou ‘’Houphouétistes’’ alors qu’il vient, à la face de la Côte d’Ivoire, de l’Afrique et du monde entier, de signer que dans sa vision de l’avenir politique de la Côte d’Ivoire, il persiste, signe et assume être le chevalier porteur de la cause du Nord ou Grand Nord de la Côte d’Ivoire , attention aux pièges de la géographie ! , qui se doit de conserver pour son compte le pouvoir et l’autorité contre les grands trois quarts  Sud et Forestiers du pays. » A livré son ressenti ce parti ancien allié du Rhdp avant de rompre les amarres d’avec Ouattara pour se retrouver dans l’opposition.

« Nommer un responsable du RHDP, originaire du Sud, comme Vice-Président, et donc comme continuateur immédiat de son projet politique, aurait été le grand évènement qui aurait apporté un grand souffle d’apaisement sur tous les esprits en la Côte d’Ivoire de 2022. Si, au moment de boucler trois mandats présidentiels, et 15 années à la tête de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara ne trouve aucun des cadres du RDR originel natifs du grand sud forestier, ni aucun des cadres sudistes des divers partis (PDCI, UDPCI, FPI, MFA, PIT, etc…) qui l’ont rallié au RHDP, digne de sa confiance pour être mis en orbite pour prendre sa succession lorsqu’elle s’imposera, c’est peu de dire que le pouvoir Ouattara est Nordiste et s’affiche désormais comme tel.» Ce sont  indignés Anaky Kobena et son parti dans une déclaration dont Le Temps a reçue copie.

Selon ce parti, « Peut-être que désormais, il y a lieu de retirer les anciennes affiches du RHDP où le MFA, le PIT, le PDCI et l’UDPCI continuent scandaleusement de figurer. Ce ne serait que pure correction et justice, et cela éviterait toute confusion au niveau des populations. Que l’on réinvente des couleurs, sigles et logos pour le nouveau parti que le Président Ouattara vient de présenter ce 19 avril 2000 à Yamoussoukro.»

Si pour le Mfa et son président, « il semble que le Président Ouattara se refuse toujours à admettre que sa présidence 2020-2025, son troisième mandat, a été arraché au forceps d’une grande contorsion de la loi constitutionnelle ; Mais les faits étant ce qu’ils sont, et sa présence au palais imposé à tous, après cette législative de mars 2021 à laquelle toute l’opposition a pris part, il lui demeure, en retour, une dette morale insigne et indélébile vis-à-vis de toute la Côte d’Ivoire.»  Le Mfa a aussi interpelé Ouattara sur l’application des résolutions de la phase 5 du dialogue appelée de tous leurs vœux pas les Ivoiriens. « Le Dialogue Politique brandit à profusion de discours, et qui, pourtant dans sa cinquième phase, ne semble pas avoir franchi l’étape des préalables et mode opératoire définitif, a besoin d’être revivifié et entretenu de manière permanente, avec un partage des rôles et responsabilités équilibré entre le bloc du pouvoir et celui de l’opposition.»

Pour finir, Anaky Kobenan et le Mfa continuent de croire que le troisième mandat d’Alassane Ouattara viole la Constitution. « Ne nous y trompons pas, le mandat présidentiel 2020-2025 se déroule, mais reste frappé du sceau de l’anticonstitutionnalité, c’est l’implosion des tabous sur le contrôle des effectifs de population ivoirienne, donc de la liste électorale, le découpage électoral en place, l’adoption d’un nouveau cadre électoral, et sa réelle autonomisation par rapport au pouvoir exécutif, qui commenceront à laver ce mandat de ce péché originel.»

Denzel Bereby

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire