Laurent Gbagbo l‘opposant historique

Ce qui a fait et continue de faire la force de Laurent Gbagbo c’est le fait de s’être opposé à Felix Houphouet-Boigny, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne et de l’avoir affronté aux élections présidentielles de 1990.

Sa force, c’est d’avoir revendiqué et obtenu le retour du multipartisme en Côte d’Ivoire. Sa force c’est aussi son combat contre le parti unique. C’est de là qu’il tire l’essentiel de sa popularité. Sa victoire sur la justice internationale après qu’il a été deporté à la cour pénale internationale par les héritiers d’Houphouët avec le soutien bienveillant de la communauté internationale vient juste apporter un plus à sa popularité acquise face à Houphouët et son système, un système qui était hermétiquement fermé. Voici le combat de Laurent Gbagbo. L’expérience humaine à travers les époques nous enseigne que chaque leader politique fut-il au nord ou au sud s’identifie toujours par un combat.
Chaque leader politique a un combat avec lequel il commence et avec lequel fini. En ce qui concerne Laurent Gbagbo, son combat est et demeure le retour du multipartisme et l’instauration de la démocratie en Côte d’Ivoire. C’est dans ce combat qu’on l’a vu et connu et c’est aussi dans ça qu’il a tiré l’essentiel de sa popularité. Alors question:
La démocratie voulue et souhaitée par Laurent Gbagbo est-elle désormais effective en Côte d’Ivoire au point de commencer un autre combat, une autre aventure, celle du panafricanisme?
Et si Laurent Gbagbo nous faisait d’abord le bilan de son premier combat avant de nous inviter au panafricanisme. Car, si nous reconnaissons que le multipartisme est effectivement de retour, le combat pour la démocratie, lui, reste encore un chantier très bizarre
“NOUS SOMMES ENCORE DANS MAGNAN”.

Emmanuel De Kouassi

akondanews.net

 

3/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire