Lancement au Niger du Projet d’amélioration des apprentissages pour l’obtention des résultats dans l’éducation

Lecteur Audio

NIAMEY, 2 juin 2021 – Le Président nigérien Mohamed Bazoum et le Vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, M. Ousmane Diagana, ont procédé, ce mercredi 2 juin 2021 à Niamey, au lancement du Projet d’amélioration des apprentissages pour l’obtention de résultats dans l’éducation (LIRE).

Financé par l’Association internationale de développement (IDA) pour 140 millions de dollars US, soit  environ 75 milliards de Francs CFA, le projet LIRE a pour objectif d’améliorer la qualité des conditions d’enseignement et d’apprentissage. Prévu pour durer 6 ans, ce projet touchera quelque 3.400 établissements bénéficiaires pour deux (2) millions d’enfants et 55.000 enseignants.

Il vise, précise-t-on, à améliorer les pratiques pédagogiques ainsi que l’apprentissage pour tous en comblant les lacunes scolaires, en particulier chez les filles. Il permettra de renforcer la gestion globale du système éducatif grâce à des processus de suivi des résultats.

Dans la mise en œuvre de ce projet, indique-t-on, il sera procédé à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour permettre d’améliorer la formation des enseignants dans les écoles normales, la mise en place d’activités régulières de coaching au niveau des écoles, la supervision et le suivi des services éducatifs par les autorités régionales de l’éducation et les inspections et, enfin, le développement d’une plateforme nationale d’éducation en ligne. 

Parallèlement, des programmes de rattrapage pour les enfants déscolarisés et des interventions de soutien pour ceux qui risquent de décrocher seront mis en place, avec la volonté spécifique de maintenir les filles à l’école.

Avec la pandémie de la Covid-19 en cours, ce projet renforcera aussi les programmes d’enseignement à distance, souligne-t-on.

Au Niger, note-t-on en effet, plus d’un enfant sur deux, âgé entre 7 et 12 ans, n’est pas scolarisé et le niveau d’apprentissage est faible avec des écoliers maîtrisant rarement les rudiments en fin de cycle élémentaire. La crise de la Covid-19 est venue aggraver cette situation déjà délicate sur le front des apprentissages.

Pour le Chef de l’Etat nigérien, qui a rappelé que l’éducation est l’une des composantes les plus importantes de son Programme de gouvernance (Programme de Renaissance Acte III), le contenu de ce projet « me parait particulièrement important parce qu’il prend en charge ce que je considère être le cœur des difficultés de notre système éducatif à savoir la faiblesse des capacités de l’apprentissage et la faiblesse de la capacité des enseignants et ce projet LIRE est un projet qui répond parfaitement à une de nos plus grandes attentes en la matière ».

Quant au Vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, il a déclaré que « l’accès équitable de tous à une éducation de qualité au Niger garantira un avenir meilleur pour chacun de ses fils et filles, et contribuera en même temps à la prospérité économique et la stabilité sociale de la nation ».

Pour M. Ousmane Diagana, « l’école doit être un lieu d’acquisition de connaissances qui permettent aux élèves de devenir des citoyens modèles et de développer les compétences nécessaires pour leur employabilité », soulignant qu’à travers le projet LIRE, « nous apportons un financement important au Gouvernement du Niger pour renforcer son système éducatif, un des principaux objectifs clairement défini par le Président Mohamed Bazoum ».

KPM

 

5/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire