La Chine sanctionne les ventes d’armes américaines à Taïwan

Lecteur Audio
Getting your Trinity Audio player ready...

Les tensions entre Washington et Pékin s’aggravent davantage : dans le but de renforcer Taïwan face à la Chine, des entreprises américaines vendent des armes à l’île. La Chine considère que sa sécurité est menacée par cette action et réagit conformément à sa « Loi anti-sanctions étrangères ».

La Chine a imposé des sanctions à deux entreprises américaines de défense en raison de ventes d’armes à Taïwan. Selon Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Pékin a décidé d’imposer des sanctions à Lockheed Martin et Northrop Grumman en vertu de sa « Loi anti-sanctions étrangères ». La Chine appelle les États-Unis à cesser la vente d’armes à Taïwan. Sinon, il y aura « inévitablement une réponse ferme et forte de la Chine ».

Le Congrès américain s’est engagé en vertu de l’Acte des relations avec Taïwan à fournir des armes à l’île démocratique pour sa défense. Jusqu’à présent, Washington avait principalement opté pour des ventes plutôt que pour une assistance militaire directe. Cependant, en août, les États-Unis ont approuvé pour la première fois une assistance militaire directe à Taïwan dans le cadre d’un programme d’aide aux gouvernements étrangers.

Malgré le rejet catégorique de la Chine, le gouvernement américain est « déterminé à fournir des armes à Taïwan », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Mao. Cela « viole sérieusement » la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine et « poursuit la voie erronée et dangereuse de l’armement de Taïwan toujours plus loin ».

Lockheed Martin et Northrop Grumman sur la liste des sanctions

Selon elle, Lockheed Martin était le principal entrepreneur dans les ventes d’armes américaines à Taïwan qui ont eu lieu le 24 août. La deuxième entreprise, Northrop Grumman, a été impliquée « à plusieurs reprises » dans les ventes. Bien que le paquet d’armes américaines d’une valeur de 80 millions de dollars (environ 75 millions d’euros) approuvé en août ait été relativement modeste par rapport aux ventes récentes, il s’agissait de la première aide à Taïpeh dans le cadre du programme de financement militaire étranger, qui comprend généralement des subventions ou des prêts aux États souverains.

Depuis la scission politique entre la Chine continentale et Taïwan en 1949, Pékin considère l’île autonome comme un territoire sécessionniste qu’il souhaite réunifier avec le continent, même par la force si nécessaire. Au cours des dernières années, la présence de navires de guerre chinois et d’avions de l’armée autour de Taïwan a considérablement augmenté. Rien que entre mercredi et jeudi matin, selon le ministère taïwanais de la Défense, 68 avions et dix navires ont été recensés au large des côtes de Taïwan.

Source :ntv.de, spl/AFP traduction de l’allemand en français la rédaction

Akondanews.net

Votez ce post

Laisser un commentaire

Traduire»