Kenya : PASSE À L’ADVERSAIRE

Lecteur Audio

Contribution

Les Kenyans se sont rendus aux urnes le mardi 9 août 2022. Sous la poussée de leurs leaders politiques, ils ont rompu avec la violence qui a émaillé les scrutins présidentiels de 2012 et 2017 et attendent, dans un climat apaisé, les résultats des consultations.

Le 9 mars 2018, en effet, le président Uhuru Kenyatta et l’opposant historique Raila Odinga ont scellé la paix (photo d’illustration). Ce fut un vrai dialogue politique qui a permis d’amorcer une vraie réconciliation nationale.

Uhuru, respectant les dispositions constitutionnelles, n’a pas brigué un troisième mandat. Mieux, au lieu de s’aligner derrière William Ruto, son vice-président durant ses deux mandats qui est candidat à sa succession, il a fait la passe à son opposant, en apportant publiquement son soutien à Raila.

Ces deux descendants de deux adversaires historiques, Jomo Kenyatta et Odinga Odinga, signent ainsi la fin de la rivalité politique séculaire entre deux familles dynastiques, pour “stopper les dissensions”. Afin de “construire ensemble une nation unie, harmonieuse et stable où personne ne se sentira laissé de côté”.

La Côte d’Ivoire, elle, continue d’attendre pareil salut, tellement ses plaies restent béantes et ses contradictions, inattaquables. Et c’est l’impasse.

Les “cas de force majeure” sont encore en embuscade, les crocs-en-jambe et les bras de fer demeurent les armes favorites des principaux leaders politiques, heureux de continuer à conduire militants et sympathisants fanatisés à l’abattoir.

Car, dans le jeu prisé du chat et de la souris, tous tiennent le double langage. Ils s’engagent alors dans des dialogues politiques qu’ils savent frappés de vacuité et parlent de réconciliation du bout des lèvres en caressant le couteau prêt à poignarder à mort politique l’adversaire. Et le pays, toujours malmené, ne se lasse de jouer avec le feu. Pour son malheur.

M. Bally, journaliste d’investigation

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire