Jeu du chat et de la souris.

L’ambassade de Côte d’Ivoire en Guinée-Conakry est tombée des nues. Alors qu’elle se préparait à communiquer sur l’attribution du passeport régulier à Ahoua Don Mello, la Snedai – qui produit en Côte d’Ivoire le passeport biométrique – lui a coupé l’herbe sous les pieds.

Le lundi 19 juillet 2021, le rapport de cette entreprise du directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo, ne laisse aucune place au doute. Tous les passeports, demandés à la représentation diplomatique et établis à Abidjan, sont arrivés sauf un, celui de l’actuel conseiller du président guinéen chargé des grands travaux.

Le jeudi 20 mai 2021, en effet, en compagnie de deux autres Ivoiriens qui ont trouvé l’asile politique à Conakry, Ahoua Don Mello a introduit, par un battage médiatique orchestré, une demande de passeport ordinaire. Après trois jours, puis une semaine, un délai d’un mois a été fixé pour la délivrance du fameux sésame.

Il faudra attendre deux mois pour constater que, dans le jeu du chat et de la souris qu’entretient le pouvoir, les obstacles à la jouissance de leurs droits élémentaires, dont a souffert Laurent Gbagbo et qu’affronte Charles Blé Goudé, se multiplient aussi pour l’ancien ministre de l’Équipement et de l’Assainissement.

La Snedai informe la représentation diplomatique ivoirienne à Conakry qu’un individu, dont l’identité n’est pas dévoilée mais muni du récépissé du document, a retiré le passeport du porte-parole du gouvernement Aké N’Gbo.

La surprise est totale et générale. Ahoua Don Mello, non seulement n’a délégué personne pour exécuter pareille mission à Abidjan, mais reste en possession de son récépissé. Pourtant, son passeport a disparu comme par enchantement dans un pays qui ne cesse d’étonner le monde.

F. M. Bally

4/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire