Grand lacs : la RDC 7e pays membre de la Communauté des états de l’Afrique de l’Est (EAC)

Lecteur Audio

Nairobi, le 14 avril 2022.Le président de la République démocratique du Congo (RDC) M.
Félix Tshisekedi Tshilombo à officiellement signé sont entrée dans la Communauté de l’Afrique de l’Est (East African Community, en anglais ou EAC, en sigle). Devenant ainsi le 7e membre de cette institution. L’acte d’intégration a été posé ce vendredi 08 avril 2022 au cours d’une cérémonie de signature du Traité d’adhésion du pays qui s’est déroulée à Nairobi capitale du Kenya. En présence de plusieurs chefs d’États africains et autres personnalités notamment, Uhuru Kenyatta, Yoweri Museveni et Paul Kagamé, respectivement présidents du Kenya, de l’Ouganda et du Rwanda. Certains chefs d’Etat se faisant représenter par leurs ambassades respectives. Les autres comme la Tanzanie, Burundais, et soudan du sud par les ministres des affaires étrangères.

Quel intérêt la RDC gange ?

Tenant compte des réalités sur le terrain, on se demande quels bénéfices la RDC tire-t-elle, depuis qu’elle preste au sein de toutes ces organisations ? Selon plusieurs analystes, il n’y a aucune avancée significative constatée tant sur le plan économique que politique, moins encore aucune dividende tirée. Pourtant, la RDC a maintes fois été à la présidence tournante de toutes ces organisations, depuis la deuxième république, sans qu’elle ne tire des bénéfices.
D’une part, le pays ne fait que régresser, notamment sur le plan des infrastructures et de l’instabilité politique, sans que les membres de toutes ces organisations ne l’aide à se stabiliser. Le cas de la guerre injuste imposée à la RDC dans sa partie Est, est plus éloquent. De sources sécuritaires, quatre pays membres de l’EAC à savoir le Burundi dans le sud Kivu, le Rwanda au nord Kivu, l’Ouganda en Ituri et en dernier le sud soudan seraient à la base de l’insécurité. Tous ont des groupes armés dans les forêts à l’Est de la République démocratique du Congo. Cependant le président Felix Tshisekedi se félicite de cette adhésion lors de sa communion avec la communauté congolaise.

08 avril 2022 à Nairobi Kenya, le Président Felix Tsihisekedi signe le traité d’adhésion à la Communauté de l’Afrique de l’Est (East African Community, en anglais ou EAC, en sigle)

Ce, en raison du fait que les congolais auront une libre circulation dans cet espace sans visa, sans tenir compte du système sécuritaire que les pays voisins ont mis en place pour sécuriser les frontières à l’entrée.

Contrairement au nouvel adhérant la RDC, dont la porosité de la frontière affecte ainsi la situation sécuritaire dans sa partie Est. Notamment avec l’activisme des groupes armés qui selon les sources locales, sont souvent au service des pays voisins qui ne visent que les ressources que regorge cette partie.
D’autre part, la RDC qui est un vivier, se présente comme une ouverture pour les états membres dont certains ont des économies fortes et trouvent à cette adhésion, une opportunité d’investissements. A travers cette adhésion de la RDC, les échanges dans la région pourront s’intensifier grâce à la réduction des coûts ainsi que la réduction des tarifs douaniers pour les marchandises.
Il faut toutefois noter la tendance des échanges dans cette zone économique qui n’a pas été en faveur de la RDC. En effet, en 2019, les exportations de la RDC vers les états membres de l’EAC ont été évaluées à 5% de la valeur des exportations tandis que les membres de cette organisation ont exporté vers la RDC près de 940 millions de dollars américains de marchandises. D’où la nécessité pour la RDC de réorganiser son mode de production et de mettre en place des mécanismes permettant d’accroître sa production ainsi que sa compétitivité. Ce, à l’effet d’inverser cette tendance. Ce qui lui permettrait de tirer meilleure partie des échanges économiques dans ladite zone. Aussi, la RDC pourrait-elle profiter des infrastructures routières et énergétiques transfrontalières et bénéficier du projet de chemin de fer reliant le port tanzanien de Dar-Es-Salam à l’Est, en passant par le Rwanda.
Du point de vue linguistique, l’adhésion de la RDC à l’EAC va apporter la diversification linguistique et culturelle étant donné que le français sera ajouté comme troisième langue à part les deux autres langues que sont l’Anglais qui est moins parlé en République Démocratique du Congo et le Swahili qui n’est seulement parlé qu’à l’Est.

Le Non-dit de cette cérémonie

Une source confidentielle confirme une autre séance de travail entre le Président Congolais Felix Tshisekedi, le Rwandais Paul Kagamé et Ougandais Yoweri Musseveni. Elle se tiendra, à hui-clos, sous l’égide du président du Kenya Uhuru Kenyatta. Ce dernier a d’ailleurs tenté pour cela, de persuader Felix Tshisekedi suite aux revendication du Mouvement du 23 mars (M23). Le mouvement rebelle avaient, en effet, relancé les hostilités à l’Est à la veille de la signature intégrant la RDC dans l’Est African Community. A cause du fait que le porte-parole du gouverneur Militaire avait affirmé avoir capturer les éléments de l’armée Rwandaise parmi les éléments du M23. Une donne qui a été considérée comme une preuve de plus sur le prétendu soutien du Rwanda aux groupes rebelles à l’Est de la RDC.

Kagamé à sollicité l’indulgence de Félix tshisekedi pour l’intégration des éléments dans la RDC et les autorités civiles dans la gouvernance local. Ce à quoi Felix tshisekedi a répliqué. Demandant à son homologue du Rwanda d’intégrer à son tour les FDLR (Forces de Défenses et libération du Rwanda) dans le RDF (Rwanda Défenses Force’s). Une situation qui serait à la base de la colère de Kagamé et qui a dû écourté la réunion.

Quant à l’Ouganda, victime de cette guerre, il a déjà repositionnées ses engins pour les activités de désenclavement des axes routiers Bunagana et Ishasha jusqu’à Goma dont le Rwanda trouve affectés sur le plan économique. L’Ouganda est pourtant membres des plusieurs organisations dont la Communauté de Pays des Etat de Grand lacs (CEPGL), Conférence International de la Région de Grands lacs(CIRGL) Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) est une organisation internationale, le COMESA, la liste n’est pas finie.

De la politique d’adhésion

La République Démocratique du Congo est présente dans plusieurs organisations sous régionales, notamment la SADC (Communauté économique des Etats de l’Afrique Australe), la CEPGL (Communauté économique des pays des Grands), le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale), la ZLECAF (Zone de libre-échange continentale Africaine) et menant dans la CAE (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est). Au finish, elle est membre à part entière de l’Union Africaine (UA) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dont les militaires se trouvent sur son sol, à travers l’ex-MONUC (Mission des Nations Unies en la République démocratique du Congo) créée par la résolution 1279 du 30 Novembre 1999, du Conseil de sécurité puis rebaptisée MONUSCO (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo) par la résolution du Conseil de sécurité n° 1279 du 30 novembre 1999, soit une présence de plus de 20 ans pour un objectif de protéger les civiles qui malheureuses sont resté à une distance éloignée de cette intention d’être protéger et dont l’auto prise en charge serait une voie de sortie.

Raphael LUMOO
Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire