France : Pour l’amélioration de leurs conditions de vie, les éboueurs entrent en grève

Lecteur Audio

 

Les éboueurs en grève contre la réforme des retraites, les déchets s’accumulent à Paris et dans plusieurs villes de France.

« La revendication des éboueurs de la Ville de Paris, qui souhaitent légitimement ne pas travailler deux ans de plus, et qui se mobilisent pour s’y opposer, est juste », a estimé la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Les odeurs ont envahi plusieurs villes de France. A Paris, Saint-Brieuc, Rennes, Nantes ou encore au Havre, la grève des éboueurs contre la réforme des retraites commence à faire monter le volume des déchets qui s’amoncellent sur les trottoirs, suscitant l’inquiétude des riverains, voire des tensions politiques.

Mardi 14 mars, éboueurs et agents chargés de la propreté de la Ville de Paris ont voté la poursuite de la grève « au moins jusqu’au 20 mars », lors d’une assemblée générale sur le site d’incinération d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Sur le terrain, la situation varie selon les secteurs, les plus touchés étant les dix arrondissements où la collecte est assurée par les agents de la mairie. Mais même dans ceux gérés par des prestataires privés, la collecte est perturbée puisque les trois usines d’incinération, à Ivry-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux et Saint-Ouen, qui dépendent du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers, sont bloquées.

La CGT rappelle que les éboueurs et les conducteurs peuvent pour l’heure prétendre à la retraite à 57 ans sans bonification, un âge repoussé à 59 ans en cas d’adoption de la réforme.

Serge Kpan (Correspondant)

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire

Traduire»