Envoyé à la chambre criminelle : Sonko accuse la justice

Lecteur Audio

L’opposant Ousmane Sonko ne sait plus quel chemin emprunter. A l’origine, il est envoyé à la chambre criminelle dans l’affaire opposant à la jeune masseuse Adji Sarr.

Pour l’opposant farouche à Macky Sall, il crie au scandale. Il dénonce catégoriquement la justice sénégalaise, car, dit-il, on veut le liquider. A l’en croire, le Doyen des juges, Oumar Maham Diallo, passe sous silence certains faits. Parce qu’il fait comprendre, le doyen des juges a refusé d’auditionner certains comploteurs. « Ce dossier n’aurait jamais dû arriver là où il est. Je le (Oumar Maham Diallo) considère désormais comme un adversaire qui a exécuté une commande politique. Il devra en répondre » dit-il. Mieux dénonce-t-il : « je suis le seul maire qui, 10 mois après avoir été élu, ne peut pas voyager pour travailler pour sa commune ». Et de poursuivre : « Aujourd’hui, nous avons un adversaire politique et c’est une partie de la justice sénégalaise et il faut y ajouter Oumar Maham Diallo. J’ai toujours invoqué mon droit à la résistance. Je résisterai jusqu’à la fin de ma vie. Nous n’accepterons jamais l’injustice. Personne ne peut m’empêcher d’être candidat à la présidentielle (2024). Je ne vois pas un juge qui va me condamner à 5 ans de prison. Que chacun assume sa responsabilité. Nous mènerons les combats que nous devons mener. Tout ça, c’est pour faire oublier le rapport de la Cour des comptes, la hausse des prix ». Tout cela, dit-il, « c’est pour faite oublier cette série tragique d’accidents et son lot de morts qui engagent la responsabilité de l’État ».
Mapote Gaye Correspondant

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire