Emmanuel Macron en Afrique : leçon d’une tournée

Lecteur Audio

« La Russie est l’une des dernières puissances coloniales » E. Macron 27 Juillet à Cotonou

Cette seule phrase suffit pour déterminer l’agenda du voyage de Macron en Afrique. Ce voyage avait pour objectif de signer le retour de la France en Afrique afin de contrer la percée Russe sur le continent. La méthode consiste à  attribuer à la Russiel’image qui fonde les raisons du profond sentiment de rejet de l’occident par l’Afrique en substituant la France coloniale par une« Russie coloniale » et en Remplaçant Bob DENARD par Wagner. Heureusement les Africains connaissent leurs colonisateurs et les mercenaires qui ont fait et continuent de faire la pluie et le beau temps sur le continent et ne sont donc plus des élèves d’une histoire imaginaire qu’on veut leur faire avaler.

En termes simples, Macron est venu demander aux Africains de condamner celui qui a contribué à leur libération et accueillir à bras ouverts leurs bourreaux d’hier, d’aujourd’hui et peut être de demain si rien ne change.

En traitant d’hypocrites tous ceux qui se refusent de reconnaître que la Russie a agressé l’Ukraine, Macron oublie qu’il est en face des victimes de ses propres agressions et hypocrisies et celles de ses prédécesseursqui ont duré des siècles et qui continuent aujourd’hui à travers des coups d’Etat, des rébellions et incubations de terroristes par la destruction de pays comme la Libye.

En s’étonnant des accords de coopération que les Etats Africains continuent de signer avec « l’agresseur Russe » et « dernière puissance coloniale », il oublie que si la Russie est un agresseur à ses yeux, elle reste un libérateur pour l’Afrique contre la domination coloniale du continent par son pays et ses alliés.

Cette tentative de diabolisation de la Russie aux yeux des Africains est contreproductive,car elle ouvre les yeux sur la manière dont les africains doivent traiter leurs agresseurs et donc ne fait que transformer le sentiment anti-Russe des occidentaux en sentiment anti-occidental des Africains en leur fournissant les recettes à appliquer en pareil circonstance : gel des avoirs des oligarques occidentaux, boycott des produits, des artistes et sportifs occidentaux, interdiction de consommer des produits occidentaux sauf provisoirement ceux qui sont vitaux avec un plan de réduction des importations, interdiction de tout investissement occidental en Afrique, interdiction de la presse occidentale propagandiste (France 24, RFI, TV5) etc. Les Africains ont bien appris les leçons.

En effet, lorsqu’on jette un regard sur la trajectoire des anciennes colonies Africaines, le constat est frappant :

 «Le développement des pays africains est inversement proportionnelle à la présence militaire monétaire et économique des anciennes puissances coloniales. »

En annonçant sa volonté de retour en Afrique avec encore la présence de l’armée française et des oligarques occidentaux sur le sol Africain, Macrondéclenche dans l’inconscient collectif africain le retour des atrocités de l’esclavage, de la colonisation, des coups d’Etat et des pillages sous la forme2.0 qui ont appauvri et continuent d’appauvrir plusieurs pays du continent.

Ce retour ne peut être bienperçu que si les crimes de l’esclavage, de la colonisation, des nombreux coups d’Etat post coloniaux et les pillages sont reconnus, évalués et réparés pour éviter la reproduction d’un passé que semble glorifier Macron devant les victimes de ce sombre passé.

Le simple retour de quelques objets d’art ne peut réparer tous les crimes commis et les biens périssables et non périssables mal acquis pendant cette triste période de l’histoire du continent. Une restitution et réparation complète et totale exige un examen exhaustif et une évaluation des crimes et des vols à mains armées à partir de l’histoire déjà écrite par les Africains, constituent les gages d’un lendemain sans hypocrisie.

Par Dr Cheick DIABATE

akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire