Économie : Le Niger enregistrera la plus forte croissance du continent africain en 2022 (FMI)

Lecteur Audio

NIAMEY, 21 Avril 2022 – Le Niger enregistrera la plus forte croissance économique du continent africain en 2022, selon le dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales publié le mardi 19 avril par le Fonds Monétaire International (FMI).

Dans ce rapport, le FMI a relevé ses prévisions de croissance 2022 pour l’Afrique subsaharienne à 3,8%, malgré les risques inflationnistes. Comme le Niger, six autres pays africains devraient enregistrer une croissance supérieure à 6% cette année.

« Avec une prévision de 6,9%, le Niger devrait donc voir son produit intérieur brut (PIB) augmenter bien plus rapidement qu’en 2021 où la croissance a été estimée à 1,3%. Cette reprise devrait être motivée par les divers projets en cours dans le pays, dans le secteur des infrastructures et de l’énergie », indique le rapport du FMI.

Il faut surtout souligner que ces dernières années, l’économie nigérienne s’était inscrite sur une courbe ascendante, avant que ces progressions ne soient perturbées par la Covid-19. Ainsi, de 5,9% en 2019, la croissance du Niger est tombée à 3,6% en 2020 au plus fort de la pandémie.

En 2020, cette tendance à la baisse s’est accrue sur fond de hausse des produits alimentaires et d’insécurité.

D’après la Banque Mondiale, l’inflation au Niger avait grimpé à 3,8% en 2021, se situant bien au-dessus de la norme communautaire de 3% au sein de l’UEMOA.

Cependant, le pays devrait enregistrer une reprise progressive, notamment grâce à son projet d’oléoduc qui devrait doper la capacité de production pétrolière d’ici 2024 et entraîner une croissance économique à deux chiffres à moyen terme.

D’après toujours le FMI, la croissance nigérienne pour 2023 pourrait atteindre 7,2%.

Notons que sur le plan continental, le Fonds Monétaire International (FMI) indique que le Niger sera suivi en termes de croissance économique par le Soudan du Sud (6,5%), le Rwanda et la RDC (6,4%), l’île Maurice et la Guinée équatoriale (6,1%) et la Côte d’Ivoire (6%). De ce fait, par rapport à ses prévisions de janvier, l’institution a relevé de 0,2 point de pourcentage ses prévisions pour l’Afrique subsaharienne en 2022 pour les situer à 3,8%.

KPM

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire