Djihadistes en Côte d´Ivoire: le gouvernement finance 8000 jeunes issues de 6 régions pour endiguer le phénomène

Lecteur Audio

Abidjan, le 22 janvier 2022, Pour empêcher leur recrutement par les djihadistes : le gouvernement finance 8 000 jeunes issues de 6 régions du nord ; les jeunes de 25 régions ignorés.

Le gouvernement ivoirien ne ménage aucun effort pour endiguer le phénomène djihadiste qui endeuille les localités du nord. C’est pourquoi, vue l’urgence de la situation provoquée par l’impérieuse nécessité de recaser cette jeunesse en vue de les soustraire des fallacieuses promesses djihadistes, il a mis en place le Programme Spécial d’Appui à l’Insertion des Jeunes des zones frontalières du nord. Ce plan ambitieux est d’un coût global de 8,6 milliards de FCFA. C’est dans ce cadre que le Premier ministre, Patrick Achi s’est retrouvé, le 22 janvier 2022 à Tougbo dans la région du Bounkani, pour lancer ledit programme d’appui à l’insertion des jeunes des zones frontalières du nord. Lequel, selon des informations officielles, fait partie intégrante de l’axe 1 du Programme Social du Gouvernement relatif à la « Lutte contre la fragilité des zones frontalières du Nord ». Quand il l’explique, Touré Mamadou ministre de la promotion de la jeunesse, de l’emploi jeunes et du Service civique, indique que la démarche du gouvernement « vise à amplifier les interventions de l’Etat en matière d’insertion et d’emploi des jeunes des Régions du Bounkani, du Tchologo, du Poro, de la Bagoué, du Kabadougou et du Folon. » D’un coût global est de 8 602 216 030 de FCFA, ce Programme va permettre d’offrir des opportunités de formation et d’insertion à 19 812 jeunes. Dans un premier temps, 1 800 jeunes seront recrutés pour les Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre (THIMO) pour un coût de 1,035 milliards de FCFA. 3 350 autres bénéficieront de formations qualifiantes complémentaires, d’apprentissage et de permis de conduire pour un coût de 1,341 milliards de FCFA, selon le Ministère de la promotion de la jeunesse, de l’emploi jeunes et du Service civique. Question !

 

Pourquoi le Premier ministre Patrick Achi dit-il que seules six (06) régions sont concernées par ce Programme qui prévoit également que 6 362 jeunes bénéficient de financements d’Activités Génératrices de Revenus et de Micros et Petites Entreprises pour un coût de 4,070 milliards de FCFA. Ces régions sont : Bounkani, du Tchologo, du Poro, de la Bagoué, du Kabadougou et du Folon. Que fait le gouvernement Ouattara des 25 autres régions du pays ? Que deviennent ces jeunes des autres qui ne bénéficieront pas de ces financements et pourquoi n’en bénéficient-ils pas ?

Le chef du gouvernement ivoirien au milieu des jeunes du nord bénéficiaires des financements.

Patrick Achi continue pour dire que la phase 2 du Programme Social du Gouvernement, qui s’étend sur 2022, 2023 et 2024, s’élève à 3.200 milliards de FCFA, soit près de 3 fois plus que pour la première édition. C’est la matérialisation de l’ambition du Président de la République de mettre l’homme au centre de “la Côte d’Ivoire solidaire”, avec un accent particulier sur le social, a signifié le Premier ministre Patrick Achi, d’après un article d’abidjan.net. Le régime Rhdp d’Alassane Ouattara décide donc volontairement d’ostraciser 23 régions sur les 31 que compte la Côte d’Ivoire, au profit de « 8 000 jeunes issues des 6 régions concernées (Bounkani, du Tchologo, du Poro, de la Bagoué, du Kabadougou et du Folon) par le programme se verront octroyer des subventions à travers le Fonds d’Appui aux Acteurs du Secteur Informel pour une enveloppe globale de 2 milliards de FCFA. Dans la mise en œuvre du programme, 300 jeunes volontaires communautaires seront mis en mission et bénéficieront d’un montant de 158 millions de FCFA. » A promis le Premier ministre d’Alassane Ouattara du haut de la tribune du Programme Spécial d’Appui à l’Insertion des Jeunes des zones frontalières du nord. Avant de se lancer dans un auto-satisfécit. « Si l’ambition humaine comme le budget consacré sont si élevés, c’est pour atteindre des objectifs clairs, forts, concrets, notamment celui de l’insertion des jeunes, avec le renforcement du service civique et de l’école de la seconde chance, et qui rapprochera notre jeunesse des valeurs de notre devise – Union, Discipline, Travail. » A indiqué Patrick Achi sans aucun mot sur le sort réservé aux jeunes des 25 autres régions qui ne sont pas pris en compte.

Denzel Béréby

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire