Des inventeurs noirs oubliés par l’histoire…Mais qui ont pourtant révolutionné le monde

Lecteur Audio

Ce que vous avez probablement appris dans les livres d’histoires ou ce qu’on vous a toujours dit sur certaines inventions qui ont révolutionné notre monde, est faux ou en tout cas en partie. Des personnes très importantes mais que le monde ne connaît pas parce que ces hommes ont été cachés à cause de leur couleur de peau, alors que l’histoire devrait être transmise à l’école.

1. Garrett A. Morgan, l’homme qui inventa les feux tricolores (Etats-Unis)

Né à Paris (Etats-Unis) en 1877, Garrett A. Morgan est remarquable aussi bien par la multiplicité des domaines dans lequel il est intervenu que par son engagement politique et social. Le petit Garrett A. Morgan est le septième d’une famille de onze enfants. Il quitte le foyer familial dès l’âge de 14 ans pour Cincinnati, puis Cleveland. Là-bas, Morgan travaille pour l’entreprise Roots and McBride. Véritable autodidacte, il apprend très vite et en 1907, il ouvre son propre atelier de réparation de machine à coudre.

Deux ans plus tard, il agrandit son business et ouvre un atelier de couture où sont réalisés des robes et des manteaux. C’est à ce moment qu’il invente le 1er fixateur pour cheveux le G.A Morgan Hair Refining Cream (oui, rien à voir avec la couture, mais comme je vous le disais, Monsieur Morgan était sur tous les fronts !).

En 1912, la contribution du génie Morgan au monde atteint un tout autre niveau. Il mit au point un masque à gaz qui permettait de protéger des gaz toxiques tout en permettant à l’utilisateur de respirer normalement. Du jamais vu à cette époque. C’est son invention qui a été utilisée par les pompiers et les soldats américains de la Première Guerre Mondiale. Elle servira même aux ingénieurs, aux chimistes, et à tous ceux qui travaillent avec des gaz toxiques. La reconnaissance est telle que la National Safety Device Company commercialise son masque et nomme Garret A. Morgan Directeur Général de la société.

Après le textile, les cosmétiques et la chimie, l’infatigable visionnaire s’attaque à la technique. Son invention aura une portée mondiale et est utilisé aujourd’hui dans tous les pays du monde. On raconte que Garrett A. Morgan avait assisté à un accident entre une voiture, un cheval et un cabriolet. Les conducteurs ont fini dans des états très graves et le cheval a été abattu. Garrett A. Morgan en fut traumatisé. Mais il ne perdit pas de temps : à chaque problème, Morgan trouve une solution. Ou devrai-je dire plutôt : créé une invention ! C’est là que le feu de circulation est né.

 Il obtint des brevets en Angleterre et au Canada pour cette invention et ses droits d’auteur ont été revendu $40 000 à la Général Electric. Une somme très importante pour l’époque. Et si l’on range sa casquette de serial inventeur, on trouve un homme très engagé.

Lorsqu’il était à la tête de National Safety Device Compagny, il poussait les Noirs à acheter des actions. Egalement estimant que les hommes d’affaires Noirs n’étaient pas assez représentés, il fonda le journal The Cleveland Call, il intégra la NAACP et se présenta même à un poste au Conseil Municipal de Cleveland.

 2. Daniel Hale Williams est le 1er chirurgien au monde à avoir réalisé une opération à cœur ouvert (Etats-Unis)

Daniel Hale Williams (1856-1931)

 Afro-américain d’une famille de 7 enfants, Daniel Hale Williams (1856-1931) commence à travailler dès l’âge de 10 ans. Il est d’abord coiffeur pendant plusieurs années mais sans jamais perdre de vu son rêve de devenir chirurgien. A 22 ans, il entreprend des études et un stage de 2 ans en médecine. En 1880, il est admis au Chicago Medical College. Puis, lorsqu’il est diplômé, il ouvre sans tarder sa propre clinique privée ! Mais il ne s’arrête pas là, il milite longtemps pour la fondation d’un hôpital dirigé par des noirs (combat soutenu par beaucoup de personnes, aussi bien blanches que noires).

C’est ainsi qu’en 1891 est créé le premier hôpital multiracial des Etats-Unis : le Provident Hospital. Et c’est dans cet hôpital,  deux ans plus tard, très exactement le 9 Juillet 1893 que le Docteur Williams réalise l’opération historique.

A une époque où ni les radios, ni les transfusions sanguines n’existaient, il réussi la première opération au monde à cœur ouvert. Il sauve ainsi la vie du jeune James Cornish qui avait été poignardé en pleine poitrine. Daniel H. Williams était non seulement un génie mais aussi et surtout un véritable philanthrope. Grâce à lui, de plus en plus de Noirs eurent accès aux postes de médecins et d’infirmiers dans les hôpitaux aux Etats-Unis.

A sa mort en 1931, et selon ses instructions, on fit don de sa bibliothèque au Mercy Hospital des Etats-Unis, et on reversa une somme d’argent conséquente aux associations suivantes : YMCA, Meharry and Howard Medical School mais également à la très célèbre NAACP (la National Association for the Advancement for Coloured People).

3. Philip Emeagwali est l’un des « pères fondateurs du réseau Internet » (Nigeria)

Philip Emeagwali (né au Nigeria en 1954) a inventé l’ordinateur de calcul le plus rapide au monde, ce qui lui vaut en 1989 l’obtention du prix Gordon Bell (prix considéré comme la plus haute distinction qu’un informaticien puisse avoir).

C’est à l’âge de 17 ans qu’il obtient une bourse pour l’université de l’Oregon et qui donc son pays natal pour les Etats-Unis. La multitude de diplôme qu’il obtient est à l’image de sa carrière.

En effet, il est diplômé en mathématiques, en génie civil et en informatique. Du coup, il fut ingénieur civil mais c’est dans le domaine de l’informatique qu’Emeagwali apporta sa pierre à l’édifice de la science mondiale. Il inventa des logiciels capables de régler des problèmes qui avaient été jusque-là considérés comme insolubles. Son profil multidisciplinaire permis aussi de mettre en place une technique de récupération de pétrole par l’élimination des fuites dans les réservoirs.

Cette découverte est aujourd’hui utilisée par la majorité de l’industrie pétrolière qui en tire des avantages économiques certains.

Philip Emeagwali

4. Edmond Albius établit un système qui révolutionna la production de la vanille (Réunion)

C’est Edmond Albius naît à La Réunion en 1829 et c’est à l’âge de 12 ans qu’il met en place un système de pollinisation de la vanille. La pollinisation de la vanille, qu’est-ce que c’est ? C’est très simple.

En fait, pour que les fleurs se reproduisent, il faut que le pollen de la fleur mâle soit « soupoudré » vers la fleur femelle. En général, cela se fait de manière naturel par les abeilles ou le vent. L’idée ici était de trouver un moyen d’accélérer ce processus naturel.

En effet, il faut savoir qu’à l’époque, l’économie de la Réunion repose sur le sucre, les épices, le café et la vanille. C’est pourquoi beaucoup de scientifiques ont activement cherché le moyen de féconder artificiellement cette fleur mais sans jamais trouver de solution. A la grande surprise de tous, Edmond Albius, alors qu’il était encore esclave met en place la solution ! Grâce à lui, les vanilliers pouvaient à présent produire plusieurs gousses. Rapidement, il est sollicité par les autres colons des alentours pour expliquer sa découverte. Ceci permit de développer une production en masse de la vanille et un enrichissement certains des maîtres de plantations.

La plupart du temps, quand un esclave faisait une découverte révolutionnaire, son maître n’hésitait à se l’approprier. Ici ce ne fut pas le cas, Féréol Beaumont fit de nombreuses actions pour qu’Edmond Albius puisse avoir des subventions en récompense de cette découverte révolutionnaire. En vain.

Edmond Albius mourut pauvre et seul à l’hôpital de Sainte-Suzanne de La Réunion. Aujourd’hui, plusieurs rues portent son nom à La Réunion.

5. Percy L. Julian inventa une mousse capable de combattre le feu. Son invention sauva la vie de plusieurs soldats américains pendant la Seconde Guerre mondiale. (Etats-Unis)

Percy Lavon Julian (1898?-1975) est issu d’une famille de Noirs peu commune à l’époque.

En effet, deux de ses frère furent diplômés de médecine et ses 3 sœurs poussèrent leurs études jusqu’au niveau de la maîtrise. Il s’est imposé comme une référence du monde scientifique américain.

En plus de cette célèbre mousse ininflammable, la liste des apports de Percy L. Julian à la science est longue. En effet, il est le 1er chimiste noir à avoir dirigé un grand laboratoire industriel (la Glidden Company). En étant le 1er scientifique à synthétiser la molécule de physostigmine, il permit des avancées déterminantes dans le traitement de la maladie dégénérative du glaucome (maladie oculaire).

Et ce n’est pas fini, il a également été le 1er à réaliser la synthèse de la progestérone et de la cortisone. En 1953, il quitte la Glidden Compagny et monte ses propres laboratoires.

Très engagé socialement, Julian participe activement aux Mouvements des Droits Civiques. Aujourd’hui, plusieurs facultés de sciences aux Etats-Unis portent son nom, son portrait est affiché à la clinique des National Institutes of Health (Bethesda) et, en Janvier 1993, un timbre-poste est réalisé à son effigie et distribué dans le pays.

Peu de noirs américains ont eu cette reconnaissance, seulement : Martin Luther King, Jackie Robinson, W.E.B Dubois et George W. Carver.

6. Benjamin S. Carson a été le 1er neuro-chirurgien à séparer deux siamois reliés par la tête (Etats-Unis)

 “Les portes du monde sont ouvertes à ceux qui savent lire” répétait souvent Sonya Carson à son fils Benjamin Solomon Carson. Et elle eu bien raison d’insister autant. Parmi les meilleurs élèves de son lycée, Ben Carson intègre la prestigieuse université de Yale. Puis quelques années plus tard, après un passage en Australie, il rentre aux Etats-Unis et devient à 33 ans le plus jeune chef à diriger le département de neurochirurgie pédiatrique de l’hôpital Johns Hopkins (Baltimore).

Là-bas, il effectue plus de 300 opérations par an, soit trois fois plus qu’un neurochirurgien “normal”. C’est en 1987 que le Dr Ben Carson réalise l’exploit. Il réussi à séparer 2 frères siamois, Benjamin et Patrick Binder, nés par césarienne en Allemagne de l’Est de la même année. L’opération dura 22h et nécessita l’intervention d’une équipe d’une vingtaine de personnes.

 Les reconnaissances reçues par le médecin sont nombreuses : un certificat d’honneur par le National Medical Fellowship (1988), une bourse nationale d’études a été créée en son nom (The Carson Scholars Funds), il est classé parmi les 20 meilleurs médecins du monde par le classement CNN et Time Magazine, la médaille présidentielle de la Liberté lui est remise par George W. Bush (2008). Ajoutons à cette longue liste, le film qui lui a été consacré en 2009 : “Gifted Hands : The Ben Carson story” où l’excellent Cuba Gooding interprète le rôle du docteur.

7. Lewis Howard Latimer a révolutionné la lampe à incandescence créée par Thomas Edison. Ce fut le début d’une nouvelle ère dans le monde de l’électricité (Etats-Unis)

 La vie n’a pas épargné Lewis Howard Latimer (1848-1928) : il est issu d’une famille d’esclave qui a fui le Sud des Etats-Unis. Un jour, un esclavagiste les retrouve et réclame le père comme étant sa propriété. Son père parvient à rester libre. Mais quelques années plus tard, son père abandonne la mère et ses 4 enfants alors que Latimer n’a que 10 ans. Mais cela n’a pas empêché l’enfant prodige de faire des découvertes déterminantes dans le domaine de l’électricité. Jugez par vous-même.

En 1879, il améliore la lampe à incandescence créée par Thomas Edison et fait passer l’électricité mondiale à un autre niveau (la qualité des filaments de Latimer est supérieure à ceux d’Edison et la durabilité des lampes est plus grande). Il obtient plusieurs brevets, pour : la lampe électrique (1881), fabrication des filaments de carbone (1882) et un appareil de refroidissement et de désinfection. Mais le génie ne s’arrêta pas là.

En effet, il dirigea les projets d’installation de l’électricité dans les villes de Philadelphie et de Montréal. Plus tard,Thomas Edison lui-même lui demande d’être son associé au département ingénierie de la Edison Electric Light Company, une entreprise que vous connaissez surement aujourd’hui sous le nom de General Electric !

Aujourd’hui certaines de ces inventions sont exposées au Musée National d’Histoire Américaine et une école élémentaire de Brooklyn porte son nom : The Lewis H. Latimer School.

8. Granville T. Woods rendit les transports publics plus sûrs et performants grâce à la Railway Telegraphy, un système de communication entre les trains et les gares (Etats-Unis)

Granville T. Woods (1856-1910) est celui qu’on a surnommé l’ “Edison noir”. D’ailleurs, il se retrouva plusieurs fois devant les tribunaux et remporta à 2 reprises des procès contre Thomas Edison lui-même qui lui contestait des découvertes dans le domaine de l’électricité.

 Et des découvertes, il en a réalisé beaucoup puisqu’il a plus de 60 brevets à son actif ! C’est à lui que nous devons la révolutionnaire “Telegraphony“, ce dispositif qui mit fin à la nécessité d’être télégraphiste et de maîtriser le morse pour pouvoir envoyer des messages. C’est également Granville T. Woods que nous devons le rhéostat d’aujourd’hui (système permettant d’éteindre graduellement les lumières au théâtre).

L’ancien système surconsommait l’énergie et présentait de nombreux risques d’incendies. Mais l’invention pour laquelle on retiendra Woods est la “Télégraphie de chemin de fer” (la Railway Telegraphy). Ce dispositif permit la communication entre les trains en mouvement et les gares mais également entre les trains eux-mêmes.

Toujours dans ce même domaine, il inventa le “Troisième Rail”, invention qu’il revend en 1901 à l’entreprise General Electric. A cette invention s’ajouta plusieurs autres telles que le frein électromagnétique (1887), l’interrupteur automatique des circuits électriques (1889), et une couveuse artificielle (1890).

Patricia E. Bath (1942-2019)

9. Patricia E. Bath a inventé un laser permettant l’extraction de la cataracte (Etats-Unis et Trinidad et Tobago)

 Patricia E. Bath fit des études de Médecine à Howard university puis se spécialisa en ophtalmologie. Elle fonda en 1976 l’institute for the prevention of Blindness.

C’est 5 ans plus tard qu’elle fit cette invention révolutionnaire dans le domaine de l’ophtalmologie. En effet, elle met au point une technique d’opération au laser permettant d’extraire la cataracte. Elle lui donne le nom de « LaserphacoProbe».

La cataracte est un trouble de la vision qui peut conduire à la cécité. Elle fit breveter son invention dans pas moins de 4 pays ! Le Japon, l’Allemagne, le Canada et les Etats-Unis.

Les recherches du docteur Patricia E. Bath lui valurent plusieurs distinctions : elle est élue membre d’honneur au Centre Médicale de l’université de Californie (UCLA), en 1988, elle est admise au Panthéon du collège Hunter et en 2001, et l’Americain Medical Women’s Association l’honore en la désignant comme l’une des femmes les plus remarquables des Etats-Unis.

 10. Norbert Rillieux mis au point une invention qui révolutionne l’industrie du sucre du monde entier (Etats-Unis)

 Né d’une mère esclave à la Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) et d’un père de nationalité française, Nobert Rillieux (1806-1894) fut un véritable génie de la mécanique.

Dans une époque où l’éducation pour les Noirs était quasiment inexistante, il réussit à intégrer la prestigieuse école Centrale Paris et en devint même plus tard le directeur! Dès 1830, il rédige des rapports qui lui forge une certaine réputation et crédibilité auprès des intellectuels européens. C’est à cette période là qu’il pose les bases de son invention révolutionnaire : l’évaporateur à effets multiples.

Jusqu’alors, pour obtenir du sucre de canne, c’était la méthode « Jamaica Train » qui était utilisée. Le sucre était obtenu à partir du jus de canne mais la méthode était longue et le résultat final de très mauvaise qualité. Très rapidement, l’évaporateur du génie est utilisé sur les plantations américaines. Les résultats sont incroyables. Il rentre alors aux Etats-Unis. 

Aujourd’hui encore, la méthode Rillieux est utilisée dans les usines de production de lait condensé, de savon, de gélatine et de colle forte ! Mais nous vivions à l’époque dans une Amérique où les Noirs ne pouvaient circuler dans la rue sans autorisation. Ceci était un affront pour l’inventeur qui, malgré le succès et la reconnaissance quitta définitivement les Etats-Unis pour la France. A sa mort en 1894, il est enterré au célèbre cimetière au Père Lachaise auprès d’Edith Piaf, Zénobe Gramme (inventeur de la 1ère dynamo industrielle) ou encore Frédéric Chopin. Des personnes qui, tout comme lui, ont changé le monde.

Sources : Inventeurs et savants noirs

De Yves Antoinne, 2016, 178 pages

AKONDANEWS.NET

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire