Culture : Amadou Hampâté Bâ : “Nos différences, au lieu de nous séparer doivent être complémentarité et source d’enrichissement mutuel”

Lecteur Audio

Abidjan, le 18 septembre 2022

Après son premier enseignement ” Se connaitre soi-même pour se reconnaitre en son prochain et l’aimer” dans sa lettre adressée à la jeunesse qu’il invite à la quête de soi, dans cette deuxième parution, nous  partageons avec vous le deuxième enseignement d’Amadou Hampâté Bâ (…) En élève sans complexes ni préjugés, il sollicita l’enseignement de tous les maîtres et de tous les sages qu’il lui fut donné de rencontrer. Il se mit docilement à leur écoute. Il enregistra fidèlement leurs dires et analysa objectivement leurs leçons, afin de bien comprendre les différents aspects de leurs cultures et, par là même, les raisons de leur comportement. Bref, il s’efforça toujours de comprendre les hommes, car le grand problème de la vie, à en croire le célébrissime Ecrivain, c’est la MUTUELLE COMPRÉHENSION. Voici son deuxième enseignement :

2. “Nos différences, au lieu de nous séparer doivent être complémentarité et source d’enrichissement mutuel”

“Certes, qu’il s’agisse des individus, des nations, des races ou des cultures, nous sommes tous différents les uns des autres ; mais nous avons tous quelque chose de semblable aussi, et c’est cela qu’il faut chercher pour pouvoir se reconnaître en l’autre et dialoguer avec lui. Alors nos différences, au lieu de nous séparer, deviendront complémentarité et source d’enrichissement mutuel. De même que la beauté d’un tapis tient à la variété de ses couleurs, la diversité des hommes, des cultures et des civilisations fait la beauté et la richesse du monde. Combien ennuyeux et monotone serait un monde uniforme où tous les hommes, calqués sur un même modèle, penseraient et vivraient de la même façon ! N’ayant plus rien à découvrir chez les autres, comment s’enrichirait-on soi-même ?

À notre époque si grosse de menaces de toutes sortes, les hommes doivent mettre l’accent non plus sur ce qui les sépare, mais sur ce qu’ils ont de commun, dans le respect de l’identité de chacun. La rencontre et l’écoute de l’autre est toujours plus enrichissante, même pour l’épanouissement de sa propre identité, que les conflits ou les discussions stériles pour imposer son propre point de vue. Un vieux maître d’Afrique disait : il y a « ma » vérité et « ta » vérité, qui ne se rencontreront jamais. « LA » Vérité se trouve au milieu. Pour s’en approcher, chacun doit se dégager un peu de « sa » vérité pour faire un pas vers l’autre…

A suivre…

Philippe Avicenne correspondant akondanews.net

Source : Lettre d’Amadou Hampâté Bâ à la jeunesse

NB: Les titres et les intertitres sont de la rédaction

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire