Coup d’état au Burkina Faso : Félix Tshisekedi veut une solution pacifique et non violente de la crise politique

Lecteur Audio

Le Chef de l’État et Président en exercice de l’Union africaine suit de près la situation au Burkina Faso. Il condamne fermement l’arrestation du Président Roch M.C. Kabore et demande sa libération immédiate et inconditionnelle alors que sa voix n’a pas été écoutée  lors du coup d’état de Mali après celui de la Guinée.

Le Président Tshisekedi appelle la CEDEAO, l’Union africaine et la Communauté internationale à œuvrer de concert pour une solution pacifique et non-violente dans la crise politique au Burkina Faso.

Plusieurs réactions ont été entendues notamment celle du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guteress. Ce dernier a appelé les putschistes au dialogue et à libérer le président Kabore qui est en position de faiblesse.

Dans l’entre temps, le mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), qui assure désormais le pouvoir, a dissous l’Assemblée nationale, suspendu le gouvernement et la constitution.

Dans un communiqué lu et signé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, un capitaine a également annoncé la fermeture des frontières à compter de minuit. Les putschistes se sont, par ailleurs, engagés au « retour à un ordre constitutionnel » dans « un délai raisonnable ».

Raphael LUMOO

Akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire