CÔTE D’IVOIRE : Session de rattrapage

Lecteur Audio

C’est peut-être l’ultime manche pour lui de mettre la cognée à l’arbre. Dans l’espoir de rentrer dans l’histoire en devenant le disciple qui survit aux œuvres du maître. Mais il a mal choisi son adversaire. La tentative de parricide a plutôt tourné en eau de boudin. Le voilà alors gros Jean comme devant.

Du coup, ce qu’il n’a pu dire aux audiences de la CPI en février 2016 et aux prolongations de 2017-2018 – la Défense de Gbagbo ayant refusé le hui-clos et l’anonymat -, le 83È TÉMOIN À CHARGE recruté par la PROCUREURE FATOU BENSOUDA pour le régime Ouattara, il a fini par le faire, mi-août 2021. C’était sa part de contrat pour le compte du Rhdp. Son témoignage devient caduc, inopportun lorsqu’il arrive après. Mais le sait-il ? il s’en fout éperdument. Pourvu qu’il fasse du bruit. Comme sait le faire un vrai tonneau vide.
Ceux qui, jubilatoires, ont craché aux bassinets avec promesses mirobolantes dans l’espoir que le TÉMOIN INSIDER, le gros poisson qu’ils voyaient en lui ferait déborder la marre boueuse de son lit, sont certainement à se mordre le petit doigt. Bensouda a laissé la charge en grande looser. Ne sont-ce pas eux qui l’ont rappelé à l’ordre pour qu’il termine le job ?

REFERMER NON LA PAGE MAIS … LE LIVRE

Après ce weekend du reniement, de parjure mais aussi d’injures publiques, peut-on espérer aller maintenant de l’avant ? Pour un nouveau parti ? Laisser L’ENVELOPPE à l’ancien de l’Office national de télécommunication (ONT) ancêtre de Côte d’Ivoire Télécom. Oui ! Car assurément ce n’est plus la page qu’on tourne, c’est plutôt tout le livre qui est définitivement FERMÉ. Et pourquoi pas la bibliothèque !?!
LE VRAI SENS DE  “ON IRA JUSQU’AU BOUT”
C’est de tout cela Laurent Gbagbo parlait, le 5 décembre 2011, à l’audience inaugurale devant la chambre préliminaire 1 présidée alors par la juge Argentine Silvia Hernandez de Gurmendi. “Je suis là, on va maintenant aller jusqu’au bout. Madame la juge, je tiens toutefois à vous signaler, pour les cas futurs, que l’on peut faire les choses de manière plus normale. On n’a pas besoin de se cacher pour nous transférer à La Haye. J’ai dirigé la Côte d’Ivoire pendant dix ans. Je n’ai pas fait ça. …”
Avec le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire le jeudi 17 juin 2021, j’étais de ceux qui croyaient naïvement être arrivé AU BOUT. Je peux me tromper, mais j’ai le présentement que ce bout dont parlait Laurent Gbagbo est encore bien loin, disons qu’il va être éloigné à cause de certains qui se sont érigés en CAILLOU SUR LE CHEMIN DU VILLAGE.

APPELEZ-MOI L’INGRAT !

Celui qui a été nommé chef de cabinet, Directeur national de campagne, PREMIER MINISTRE (même si c’est dans les toilettes), président du Fpi pendant 20 ans et qui traite son bienfaiteur de “autocrate qui s’accroche au pouvoir…” doit savoir qu’on ira jusqu’au bout de sa provocation. Pour couper court, il aurait pu dire à ses ouailles : “APPELEZ-MOI L’INGRAT” qu’on aurait pas perdu tout ce temps.
Simplice ALLARD-GUIGREI
Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire