CÔTE D’IVOIRE : Saut Périlleux.

Lecteur Audio

Le FPI évolue sur une pente savonneuse. Déjà dans la tourmente, depuis 2015, de la division entre GOR (partisans de Laurent Gbagbo) et Affidés (supporters de Pascal Affi N’Guessan), il est durement secoué par les choix de son fondateur.

À peine rentré, le 17 juin 2021, de son exil forcé à la CPI, Laurent Gbagbo ne s’est pas donné, comme lui-même l’a déclaré, le temps de pleurer ses morts, mais a engagé une course contre la montre.

Il a actionné, en même temps, un triple divorce d’avec son épouse Simone Éhivet. D’abord, religieux: il a rompu avec les évangélistes dont elle fait partie et leurs pasteurs pour signer son retour à l’église catholique. Ensuite, conjugal: il a introduit une demande de rupture de leurs liens de mariage. Enfin, et in fine, politique: le parti doit retrouver une cohérence idéologique en rompant avec la social-démocratie qu’elle incarne pour revenir au socialisme.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Laurent-GBAGBO-06.21-1024x682.jpg.
Laurent Gbagbo, le 17 juin 2021, à son QG de campagne à Cocody-Attoban.

En France, le parrain du FPI à l’Internationale socialiste, le Parti socialiste, a mal négocié ce virage politique. Et il a explosé en plein vol, en 2017, entre son aile sociale-libérale et les frondeurs emmenés par Benoît Hamon, devenant, sur l’échiquier national, une formation marginalisée qui n’est plus la force centrale de la Gauche.

Le FPI se retrouve à ce point. Il n’est pas encore vidé de sa substance. Mais alors que la réunification du parti entre les deux tendances rivales reste une arlésienne, l’épreuve de force que Gbagbo a choisi d’opposer, sans tarder, à son épouse, un autre poids lourd du parti, et qui divise profondément leurs partisans, représente un saut périlleux. Il place le parti au bord de l’implosion.

F. M. Bally

AKONDA NEWS

4/5 - (1 vote)
Partager:

Laisser un commentaire