Côte d’Ivoire : Pulchérie Gbalet se félicite du bilan de la journée « Ville morte »

Lecteur Audio

Au cours d’une conférence de presse organisée dans la matinée du 21 juillet 2022 à son siège, Pulchérie Gbalet, la présidente de Alternative Citoyenne Ivoirienen  (ACI) a jugé satisfaisant le bilan de son mot d’ordre  journée « Ville morte » lancé  le 21 juin 2022 dernier, avant de donner rendez-vous aux ivoiriens le 08 août 2022, après analyse du discours du Président de la République Alassane Ouattara le 6 août prochain.

Annoncé pour se tenir le 19 juillet 2022, le mot d’ordre « journée ville morte » lancé par Pulchérie Gbalet  et maintes fois relayé par la presse locale proche de l’opposition et sur les réseaux sociaux, a été jugé satisfaisant par la présidente de l’ACI qui laisse clairement entendre que « le bilan est positif à lus d’un titre : Il a eu Zéro violence, la circulation fluide et l’absence d’embouteillages témoignent du succès du mot d’ordre ; Des communes comme Mbahiakro, Bonoua, Dabou, Agnibilékro, Bingerville et certains secteurs de Yopougon et Abobo avaient leurs activités ralenties et les marchés fermés. », poursuivant, elle a indiqué que « nous avons donc atteint nos objectifs, d’autant plus que nous n’avons associé aucune autre organisation à la mobilisation, et par ailleurs le BTS est en cours. »

Pure communication de la présidente de l’ACI qui tente de répondre à une partie des ivoiriens qui estiment que le mot d’ordre est passé sous silence et ignoré par les ivoiriens plutôt préoccupés à vaquer à leurs occupations et à assurer le fonctionnement de l’Etat ?

Toutefois, Pulchérie Gbalet, dans son élan de justifier les raisons de son mot d’ordre affirme que « le peuple ivoirien subit plusieurs formes d’injustices allant des déguerpissements abusifs aux arrestations arbitraires en passant par le non respect des procédures en la matière. Le peuple ivoirien subit également une cherté de la vie non maîtrisée puisque non seulement l’Etat n’arrive pas à faire appliquer les mesures prises par lui-même, mais il ne fait pas suffisamment d’efforts pour trouver des solutions innovantes ».

Dans une posture de combattante acharnée pour la promotion des droits humains, Pulchérie Gbalet laisse entendre que « le combat des droits humains du point de vue universel n’est pas encore un acquis sous nos tropiques. Nous avons besoin de courage et d’abnégation pour atteindre notre objectif car nous sommes sous une grande oppression. Tant que nos revendications ne sont pas encore satisfaites nous ne nous tairons pas et nous continuerons de manifester. On parlera, on manifestera pacifiquement jusqu’à ce que nous soyons entendu car la vie humaine est sacrée, il faut la respecter. »

A ce titre donc, la présidente de l’ACI indique qu’elle donnera un nouveau mot d’ordre le 8 août prochain après avoir analysé le discours du 06 août, lequel devra pleinement prendre en compte « la libération de tous les prisonniers politiques et militaires ; le retour effectif de tous les exilés qui le désirent, dont le Président Soro Guillaume et le Ministre Charles Blé Goudé ; l’ouverture de toutes les frontières car les populations qui vivaient des activités liées au fonctionnement des frontières sont à bout de souffle ; la prise en compte de nos propositions contre la vie chère. »

En attendant le discours du Président de la République Alassane Ouattara prévu le 6 août prochain, les populations ivoiriennes continuent de dénoncer la cherté de la vie en dépit des mesures prises par le Gouvernement de Patrick Achi depuis peu, pour juguler la situation à relent international.

Adingra OSSEI, Correspondant

akondanews.net

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire