CÔTE D’IVOIRE : OULAYE HUBERT, Le nouveau souffre-douleur des mêmes ennemis internes de GBAGBO

Lecteur Audio

Ils étaient nombreux à s’être bercés d’illusions que la création du P.P.A-CI ouvrirait droit à une nouvelle ère au profit du renforcement de la cohésion interne en vue de l’intensification de la lutte politique.

Mais, à peine les premiers membres de l’organe Exécutif de ce parti eussent-ils été rendus publics que des responsables du parti, ayant déchanté, au regard de leur nouveau rôle, ont commencé à semer la chienlit.

Aussi recourent-ils à leurs légendaires nouvelles armes de destruction massive de notre ère que sont les réseaux sociaux.

En effet, ils sont nombreux à s’être surpris, ces derniers jours, de constater que ces ennemis internes du Président Laurent GBAGBO ont encore jeté leurs chiens de chasse aux trousses du tout nouveau Président Exécutif du PPA-CI, le Professeur OULAYE Hubert.

Ainsi, et comme l’adage le dit justement, “celui qui veut noyer son chien n’ayant qu’à l’accuser tout simplement de rage”, le nouveau Président Exécutif est prétendument coupable de :

1°-S’être fait passer pour la 2ème personnalité du PPA-CI, au détriment du Président du Conseil Stratégique et Politique
2°-D’avoir unilatéralement modifié les Statuts et Règlements intérieur du nouveau parti.

Notre développement consistera donc à rappeler, d’une part, les indices concordants qui dégagent le voile du visage de l’instigateur principal de toutes ces puériles attaques contre le Professeur OULAYE Hubert, et d’autre part, à démontrer en quoi les insinuations des détracteurs missionnés contre le Président Exécutif du PPA-CI ne pèchent pas moins par une méconnaissance sérieuse du champ de compétence de chaque organe.

  • AUCUN CRIME N’EST PARFAIT

On dit souvent qu’on voit le dos du nageur. Mais, en l’espèce, les commanditaires de ces infectes attaques contre le Président Exécutif du PPA-CI, eux, sont totalement à découverts, à la lumière d’un faisceau d’éléments probants.

  • LES AFFIRMATIONS DE MONSIEUR ASSOA ADOU DU 25 octobre 2021

ASSOA ADOU, Président du CSP du PPA-CI

Dès après la publication de la liste des membres du Conseil Stratégique et politique ainsi que ceux de l’organe Exécutif le 25 octobre dernier, un ancien membre du Secrétariat Général du Fpi, présent dans la salle, interrogea le Président dudit Conseil, Monsieur ASSOA Adou, qui animait une conférence de presse, sur l’ordre hiérarchique de l’organe dirigeant.

Mais, en mondovision, l’orateur répondit révolutionnairement qu’aucun ordre hiérarchique n’existait entre eux.

Dans quel monde nouveau rencontre-t-on ce type de structures associatives atypiques ?

  • LES GRAVES PROPOS DU CYBERACTIVISTE MISSIONNÉ, AFFIRMANT QUE SEUL LE CONSEIL STRATÉGIQUE ET POLITIQUE AVAIT POUVOIR DE “MODIFICATION DES TEXTES DU PARTI”, ET NON LE PRÉSIDENT EXÉCUTIF.

Ces éléments probants attestent à suffire que cette salve injustifiable d’attaques contre le Professeur OULAYE Hubert n’est commanditée que par sieur ASSOA Adou, désabusé par son nouveau rôle, sous le rapport de ce qu’il a incarné il n’y a pas longtemps.

SUR LA LÉGÈRETÉ DES ACCUSATIONS CONTRE LE PRÉSIDENT EXÉCUTIF DU PPA-CI

1- LE CHAMP DE COMPÉTENCE DE CHAQUE ORGANE QUI AFFRANCHIT LE PRÉSIDENT OULAYE HUBERT DE LA NÉCESSITÉ D’UNE PROPAGANDE.

Quoique le Président du P.P.A-CI eût délaissé des lettres de mission à chaque organe, en présence de cette guerre inutile, il nous plaît de faire une analyse supplémentaire du champ de compétence desdits organes.

  • SUR LE CHAMP DE COMPÉTENCE DU CONSEIL STRATÉGIQUE ET POLITIQUE

Comme son nom l’indique, le Conseil Stratégique et Politique n’a pas vocation à administrer le parti.

Mieux encore, en tant que “Conseil”, cet organe n’est qu’une structure collégiale scientifique, à vocation de réflexion sur un certain nombre de chantiers à lui soumis par le Président du P.P.A-CI. Il en va que le président d’une telle structure n’est hiérarchiquement en compétition qu’avec les membres de son propre Conseil.

Il n’apparaît pas erroné non plus d’estimer que les membres de ce “Conseil” pouvaient même être baptisés “Conseillers spéciaux” du Président du P.P.A-CI.

Il s’en infère dès lors que le moindre quiproquo ne saurait subsister, en termes de prééminence, entre le champ de compétence du Président du “Conseil Stratégique et Politique” du P.P.A-CI et celui du Président Exécutif.

  • SUR LE CHAMP DE COMPÉTENCE DU PRÉSIDENT EXÉCUTIF

Qu’en est-il du champ de compétence du Président Exécutif du PPA-CI ?

Normalement, les prérogatives de chef de l’Exécutif du PPA-CI ne sont assurées que par le Président Laurent GBAGBO, élu à l’issue du congrès des 16 et 17 octobre 2021.

Les choses étant ainsi sans équivoque, ne devrions-nous pas nous questionner sur le pourquoi, en tout cas, la nécessité de cette structuration spécifique du parti, prévoyant désormais la nomination d’un « Président Exécutif », là où il aurait suffi de déférer, temporellement, l’exercice d’une partie des pouvoirs Exécutifs par voie de simple délégation ?

De la réponse d’une telle question substantielle dépend le dévoilement de tous ces intrigants et leurs motivations : semer la chienlit autour de GBAGBO.

En effet, comme le Président Laurent GBAGBO l’a lui-même affirmé, tant à la clôture du congrès constitutif, que lors de son entretien avec France 24, cette structuration spécifique du parti n’a de but principal que le glissement, en douceur, du flambeau vers une autre génération.

Alors, au regard de cette inutile guerre de positionnement, l’opinion devrait-elle vraiment prendre le Président Laurent GBAGBO à défaut d’avoir faussement promis d’ouvrir une lucarne sur une autre génération, mais n’aurait finalement cru devoir positionner qu’un ASSOA Adou ?

Si ASSOA Adou devrait assumer le rôle de numéro deux du P.P.A-CI, quel aura été donc le réel contenu de la promesse du Président Laurent GBAGBO, promesse encadrée notamment par la structuration statutaire du parti ?

2- DE LA VACUITÉ DES ACCUSATIONS PORTANT MANIPULATION DE TEXTES PAR LE PRÉSIDENT OULAYE HUBERT

Déterminés à jeter l’anathème sur leur “ennemi” de l’heure, ces destructeurs internes du P.P.A-CI ont fait dire à leurs missionnaires prébendiers que le Président Exécutif du PPA-CI s’emploierait à tripatouiller les nouveaux textes du P.P.A-CI, adoptés par le congrès.

Mais, une telle entreprise se singularise par une sérieuse méconnaissance des modalités de mise en œuvre des actes de l’assemblée constitutive d’une organisation.

En effet, en sus des textes fondateurs, les procès-verbaux des 16 et 17 octobre 2021 seront également joints au dossier à déposer au ministère de l’intérieur.

Or, par procès-verbal, il faut en entendre tout le déroulement de la session, y compris les amendements portés, en plénière, aux actes fondateurs du parti.

Dès lors, comment le Président Exécutif prendrait-il sur lui d’amender unilatéralement des textes adoptés par les assises d’un congrès, sans pouvoir se mettre en porte-à-faux avec la trame des procès-verbaux en découlant ?

Quel est donc l’intérêt de cette abjecte instrumentalisation des cyberactivistes, installés à plusieurs centaines de kilomètres des activités du parti, rien que pour tenter d’abattre, par procuration, des ennemis politiques internes ?

Les choses doivent être actées conformément à la structuration du parti (lettre des textes fondateurs), et les fermes promesses répétitives du Président du P.P.A-CI relatives au transfert en douceur du flambeau à l’autre génération (esprit des textes fondateurs).

CONCLUSION

Il n’y a donc pas de conflit de compétence possible entre Monsieur ASSOA Adou, Président du Conseil Stratégique et politique qui n’est qu’une structure scientifique et de conseils, et le Président Exécutif, le Professeur OULAYE Hubert, qui a statutairement reçu pouvoirs de représenter quotidiennement le parti, partout où besoin sera, sauf au Président Laurent GBAGBO d’en juger de la nécessité d’y déférer en personne, le cas échéant.

Que ces attaques diaboliques, commanditées contre le Président Exécutif, s’arrêtent donc !

Car, si cela ne s’arrête pas, ce sera arguments contre arguties via vidéos, dans les heures qui suivent…

Djidjigbouh, La Tronçonneuse juridique Des RS

Akondanews

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire