Côte d’Ivoire : Le monde mobilisé au congrès constitutif du nouveau parti de Laurent Gbagbo

Lecteur Audio

A quelques heures de la création du nouveau parti politique, proche de Laurent Gbagbo, les anciens militants du Front Populaire Ivoirien (FPI) se mobilisent à travers le pays pour rallier le Sofitel Hôtel Ivoire où se déroulera du 16 au 17 octobre le congrès constitutif du parti de l’ex pensionnaire de la Haye, parti qui doit naître pour mettre fin à plusieurs années de crise interne au FPI, abandonné depuis le 9 août dernier aux mains d’Affi N’guessan, ancien premier ministre de Laurent Gbagbo.

L’annonce de la création du nouveau parti par l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo le 9 août dernier pour « contourner le caillou », faisant allusion à la crise interne entretenue par Affi N’guessan ne reconnaissant pas la légitimité et la légalité de Laurent Gbagbo comme étant le président du Front Populaire Ivoirien.

La volonté manifeste de Laurent Gbagbo et les siens de mettre en place un nouvel instrument de lutte adapté au dynamisme de la vie politique ivoirienne et des nouvelles aspirations des populations ivoiriennes, a mis en place plusieurs commissions de travail devant réfléchir aux textes du nouveau parti, la dénomination, la ligne du parti, l’idéologie, l’organisation et le fonctionnement du parti ainsi que les armoiries du parti.

Toutefois, selon le président du comité d’organisation du congrès constitutif, le professeur Danon Djédjé, le parti sera orienté vers le socialisme, le panafricanisme, la souveraineté et la démocratie. C’est ce qu’il a laissé entendre à travers un communiqué dans la soirée du jeudi 14 octobre au sortir d’une réunion du groupe de réflexion élargi dirigée par l’ex-président Laurent Gbagbo que « En ce qui concerne le nom, après un large débat, la réunion a retenu comme projet de nom : Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire, en abrégé « PPA-CI ».

« Le projet d’emblème est « les deux mains » entrelacés qui s’incrustent dans une carte d’Afrique. Le sigle de ralliement proposé est « les deux mains entrelacées » dixit le professeur Danon Djdje.

Par ailleurs, ces propositions seront soumises au Congrès qui reste souverain quant au choix définitif du nom du parti, de son emblème, de son sigle ainsi que de ses couleurs.

Annoncé pour s’ouvrir au panafricanisme et aux peuples en lutte, le nouveau parti des Gbagbo ou rien (GOR), enregistre depuis le jeudi 14 octobre plusieurs invités venus des pays africains voisins à la Côte d’Ivoire, notamment une délégation malienne conduite par l’ex député malienne Mme Saliafou Modibo Traoré, présidente du parti Synergie pour un Nouveau Mali, de Sane pierre, professeur de science politique et membre de l’institut de recherche « Imagine Africa » et d’une délégation du Niger conduite par monsieur Kadri Tahirou, président des jeunes de MNSD Nassara de Tillaberi.

Un peu tôt dans la matinée du 13 octobre, l’on enregistrait l’arrivée  en Côte d’Ivoire du professeur  Michel Galy, politologue, spécialiste des questions de l’Afrique Subsaharienne.

Pour l’heure, l’aspect festif de cet évènement s’ouvre ce vendredi 15 octobre au village du congrès sis dans la commune de Cocody-Blockauss aux environs de l’Hôtel Ivoire où plusieurs activités cognitives et récréatives sont prévues en présence de plusieurs délégations et militants qui entendent témoigner de la naissance du nouveau parti de Laurent Gbagbo qui, sans aucun doute mobilisera les ivoiriens pour les élections présidentielles de 2025.

Le nouveau parti de Laurent Gbagbo, réussira t-il à rassembler davantage de militants, singulièrement les sympathisants de Simone Ehivet Gbagbo qui ne se sentent pas à priori concernés par ce nouvel instrument de lutte ?

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire