CÔTE D’IVOIRE : Le gouvernement ivoirien dit ne pas avoir été consulté sur la date de retour de Gbagbo

Lecteur Audio

Après l’annonce du retour de Laurent Gbagbo le 17 juin prochain par le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien Assoa Adou le 31 mai dernier, le gouvernement ivoirien affirme ne pas avoir été informé et associé à la date avancée concernant le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo.

A quelques jours du retour en terre ivoirienne de Laurent Gbagbo, prévu le 17 juin prochain selon le Secrétaire Général de son parti, Assoa Adou. Des inquiétudes apparaissent quant au retour effectif de l’ex prisonnier de la Haye au regard des différentes sorties médiatiques de certains membres du gouvernement fortement impliqués dans les démarches devant aboutir au retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire dans des conditions jugées satisfaisantes.

En effet, plusieurs membres du gouvernement se sont étonnés d’apprendre la nouvelle par voie de presse quelques minutes après l’annonce faite par Assoa Adou au cours de la célébration du 76ème anniversaire de Laurent Gbagbo. Le ministre de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin partie prenante des discussions avec le FPI sur les modalités de ce retour, assurait à RFI ne pas en avoir été informé.

Il en est de même pour le porte-parole du gouvernement Amadou Coulibaly, qui regrette que cette date ait été fixée de manière unilatérale par le seul camp de Laurent Gbagbo. « Ce que nous avions convenu, c’est que la date devait être choisie de façon consensuelle, donc pour nous il n’y a pas de date » a t-il affirmé, rendant du coup improbable la date du 17 juin pour le retour de Laurent Gbagbo.

Poursuivant, il s’interroge de la venue effective de Laurent Gbagbo en cas d’absence de dispositions adéquates, « Je ne sais pas comment il arriverait à cette date du 17 juin si aucune disposition n’est prise pour son accueil ? » laisse t-il entendre.

Par contre, le gouvernement ivoirien reste toujours disponible à arrêter une date consensuelle avec la direction du parti de Laurent Gbagbo, ce qu’exprime le porte parole du gouvernement en ces mots « Quand ils vont nous saisir pour nous donner une date, nous allons décider ensemble si cette date est tenable ou pas ». Car,  insiste t-il « Il y a quand même tout un ensemble de choses qu’il faut régler en amont ».

En fait, depuis l’acquittement total de Laurent Gbagbo par la CPI, des discussions entre la direction du parti du FPI conduite par Assoa Adou qui chapote à la fois le comité national d’accueil au président Laurent Gbagbo et le gouvernement ivoirien sont en cours concernant la sécurisation de l’ancien président de l’aéroport à sa résidence, les modalités de l’accueil populaire souhaitée par le parti de Laurent Gbagbo qui compte de milliers de partisans à travers le pays et la sécurisation de ses déplacements.  

Par ailleurs, en avril dernier, les autorités ivoiriennes ont donné le feu vert pour le retour de Laurent Gbagbo notamment le Président Alassane Ouattara qui avait déclaré que Laurent Gbagbo pouvait regagner sa terre natale « quand il le souhaitait » et que ses frais de voyage seront pris en charge.

Toutefois, pour le FPI le format de l’accueil du Président Laurent Gbagbo ne peut être réduit à la discrétion. Dans un entretien à la Radio France Internationale, l’ex ministre du Budget Justin Koné Katinan, par ailleurs chargé de la commission communication du comité d’accueil opérationnel du retour de Laurent Gbagbo a été formel en balayant du revers de la main la question d’un retour discret «Un tel événement ne peut pas être discret, cela va de soi. On a lu quelques écrits, on a écouté quelques commentaires…Nous discutons avec les décideurs du pays et à ce jour, nous n’avons même pas fait l’objet de débat sur le format de l’accueil, puisque nous ne voyons pas pourquoi cela ferait l’objet d’un débat » estime t-il.

L’annonce surprise en grande pompe de la date du grand retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire va-t-elle crisper les conditions de ce retour dont le principe est déjà acquis ?

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire