CÔTE D’IVOIRE : Laurent Gbagbo contourne Affi N’guessan et propose un nouveau parti politique

Lecteur Audio

L’ex Président Laurent Gbagbo a proposé en marge du ‘’Comité central extraordinaire’’  de son parti le Front Populaire Ivoirien (FPI) qui s’est tenu le lundi 9 août au palais de la culture d’Abidjan,  la création d’un nouveau parti politique pour contourner Affi N’guessan qui prétend être le Président « légal » du FPI.

C’est dans une ambiance indescriptible que plusieurs militants du FPI ont répondu à la convocation de Laurent Gbagbo ce 9 août au palais de la culture d’Abidjan. A cette, rencontre, y était exceptionnellement les membres et la direction de la plate forme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS).

Très attendue des ivoiriens, la rencontre politique entre Laurent Gbagbo et ses proches a été l’occasion pour Laurent Gbagbo de proposer aux membres du Comité central de son parti la création d’un nouveau parti politique aux fins de contourner l’obstacle que constitue son ex premier ministre Affi N’guessan qui continue de revendiquer la présidence du FPI.

« Aujourd’hui, je suis revenu de prison et d’exil, il nous faut avancer, donc je propose au Comité central, la solution suivante : Laissons Affi avec l’enveloppe qu’il détient et nous allons prendre la décision dès aujourd’hui de créer notre propre parti avec le même contenu. Nous allons baptiser le FPI autrement » a laissé entendre Laurent Gbagbo au cours du Comité central.

S’adressant à ses militants, Laurent Gbagbo a d’abord salué le travail abattu par ses militants de base en leur invitant par la suite de rester fortement mobilisés pour les challenges à venir.

« Nous allons continuer le combat, mais cette petite pierre qui était sur le chemin, nous allons la contourner, c’est ce que je propose» dixit Laurent Gbagbo.

Retraçant l’ascension politique de son ex premier ministre Pascal Affi N’guessan et faisant cas des quelques tentatives de conciliation avec AFFI N’guessan, Laurent Gbagbo n’a pas manqué de préciser que « Affi était définitif de son choix d’aller ailleurs » et pour le contourner, pour  réussir les combats de la décentralisation et la reconquête des libertés publiques, Laurent Gbagbo a émis le souhait aux membres du Comité central d’adopter la tactique qu’il propose pour aller de l’avant en mettant sur pied un comité qui convoquera rapidement un congrès extraordinaire qui donnera le nouveau nom.

Toutefois, Laurent Gbagbo a laissé entendre qu’il attendait d’autres propositions et des avis éventuels sur sa tactique soumise au Comité central.

Au final, le Comité central du FPI présidé par Laurent Gbagbo a décidé de perpétuer la mémoire  des disparus, la création d’un nouvel instrument de lutte et de la mise en place d’un comité de préparation du Congrès Constitutif du nouveau parti politique accueilli par les membres du Comité central qui ont répondu à la convocation.

Il faut rappeler que l’ordre du jour de la session extraordinaire du Comité central du FPI a porté sur, l’hommage aux disparus de la lutte incarnée par le FPI et  l’adresse du Président Laurent Gbagbo.

Par ailleurs, la proposition de Laurent Gbagbo, fortement accueillie par les membres du Comité central, met définitivement fin au contentieux relatif à la présidence du FPI entre les deux tendances FPI, d’une part celle de Affi N’guessan et d’autre part, celle de Laurent Gbagbo communément appelé « GOR ».

Réagissant à la proposition de Laurent Gbagbo de créer un nouvel instrument de lutte avec ses camarades, Pascal Affi N’guessan à indiquer que « Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division. Il enterre l’espoir qu’avaient nos militants, nos électeurs, nos sympathisants, en l’unité de la gauche, en la réconciliation de notre famille politique. Il endosse de manière assumée devant nos compatriotes et devant l’histoire la responsabilité du schisme qui marque désormais l’épopée du FPI. »

Tandis que pour le Comité central, la proposition du Président Laurent Gbagbo intervient dans un contexte où le « seul instrument de lutte politique est confisqué par Monsieur Affi N’GUESSAN et malgré les nombreuses initiatives pour le raisonner, il s’arcboute sur sa soi-disant « légalité » ».

Bien entendu, la création du nouveau parti politique proposé par Laurent Gbagbo et entériné par le Comité central, est perçue par plus d’un comme un « remède » aux maux liés à la crise du bicéphalisme à la présidence du parti, et à une divergence d’approche de la ligne politique à suivre.

En fait, la crise du FPI qui dure depuis bientôt sept ans, a fortement déstructuré et désorganisé l’instrument de lutte de Laurent Gbagbo au point où ce parti peine à reconquérir ses bastions d’antan pour la reconquête du pouvoir d’Etat.

Dès lors, quid de l’avenir politique d’Affi N’guessan et du FPI sans Laurent Gbagbo et les autres membres fondateurs comme Simone Ehivet Gbagbo ?

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire