CÔTE D’IVOIRE : La justice ivoirienne condamne lourdement l’homme d’affaires Oumar Diawara dans l’affaire qui l’oppose à la BNI Gestion

Lecteur Audio

Dans l’affaire qui l’oppose à l’Etat de Côte d’Ivoire depuis peu, l’homme d’affaires Congolo-malien Oumar Diawara, a été condamné par le tribunal Correctionnel d’Abidjan, après sa tentative d’immobilisation d’un avion de la compagnie Air Côte d’Ivoire suite à sa victoire judiciaire contre l’Etat de Côte d’Ivoire dans l’affaire qui l’oppose à la BNI Gestion le 22 octobre dernier, devant la haute instance judiciaire de la zone CEDEAO, basée à Abuja.

L’on s’en souvient que la haute instance judiciaire de la CEDEAO avait condamné la Côte d’Ivoire à payer des dommages et intérêts à hauteur d’un milliard deux cent cinquante millions de Franc CFA (1 250 millions F CFA)  pour réparer une violation des droits d’Oumar Diawara et à 1 F CFA pour le préjudice moral en faveur du plaignant.

Il faut noter qu’en dates du 12 décembre 2016 et du 6 Juin 2017, le régulateur du marché financier (CREPMF) de l’UEMOA a adressé  des injonctions à BNI Gestion, l’invitant à céder l’ensemble de son actif immobilier détenu par le biais de sa filiale Perl Invest au motif que cela ne répondait pas à l’agrément de gestion qui lui a été accordé.

En exécution de ces injonctions, le Conseil d’Administration de BNI Gestion a décidé de céder ladite filiale. C’est dans ce cadre que la société SIDD dont Oumar Diawara est le patron s’est portée acquéreur de Perl Invest par acte de cession en date du 18 Juillet 2017. Selon le rapport du cabinet d’expertise comptable Excelsior, au moment de sa cession, la société Perl Invest détenait un patrimoine immobilier estimé à 16 milliards de Francs Cfa et une dette de 15 milliards de Francs Cfa dans les livres de BGFI Bank Abidjan.

Face à la volonté manifeste de l’Etat de Côte d’Ivoire de ne vouloir céder les terres acquises par sa société, Oumar Diawara a saisi la haute instance judiciaire de la CEDEAO qui a condamné l’Etat de Côte d’Ivoire à des dommages et intérêts et une obligation de restituer les terres au Congolo-malien Oumar Diawara.

Répondant donc à la tentative d’immobilisation de son avion sur le territoire malien, l’Etat de Côte d’Ivoire, par le tribunal Correctionnel d’Abidjan a condamné Oumar Diawara à cinquante milliards de Francs CFA d’amende, à vingt ans d’emprisonnement ferme, à une interdiction de séjour en Côte d’Ivoire, vingt-cinq milliards de dommages et intérêts à l’Etat de Côte d’Ivoire et confiscation de ses bien et ce, pour abus de biens sociaux et blanchiment de capitaux dans une affaire d’escroquerie foncière présumée de 15 milliards de Fcfa.

Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire