CÔTE D’IVOIRE : LA FESCI MONTE AU CRENEAU POUR SAUVER L’ECOLE IVOIRIENNE

Lecteur Audio

La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire(FESCI) a organisé ce mercredi 14 avril 2021 un meeting pour dénoncer les difficultés qui sapent le système académique ivoirien qui produit des élites peu compétitives qui grossissent le rang des chômeurs en Côte d’Ivoire.

C’est dans une ambiance électrique que les militants de la FESCI et plusieurs étudiants ont pris part au meeting d’information organisé par le bureau national exécutif de leur association dirigée par Allah Saint-Clair qui dans un style décontracté avec le verbe vif et familier au monde estudiantin a éclairé son auditoire sur les tares que rencontrent les étudiants de Côte d’Ivoire dans la poursuite de leur cursus académique sans caresser du sens des polis le gouvernement ivoirien qui assiste avec indifférence à la descente aux enfers de l’école ivoirienne.

Egrenant le chapelet des difficultés rencontrées par les étudiants de Côte d’Ivoire, le secrétaire national de la FESCI a indiqué qu’au niveau académique, les étudiants de Côte d’Ivoire sont confrontés à l’inadéquation entre les modules de formation et le système Licence Master Doctorat( LMD), au dysfonctionnement  des e-learning, au manque criard d’infrastructures en l’occurrence, les bibliothèques, les salles de travaux dirigés et de travaux pratiques ainsi que des amphithéâtres.

Au niveau social selon Allah Saint-Clair, la FESCI lance un appel pour des états généraux de l’école ivoirienne afin de remodeler la politique éducative nationale pour une école d’excellence marquée par la non-violence.

Si le système éducatif ivoirien est accusé de former au rabais et de produire des élites peu compétitives qui grossissent le rang des chômeurs, la FESCI entend pleinement jouer sa part les prochains jours pour une école nouvelle.

Pour rappel, née en avril 1990, la FESCI est le plus puissant mouvement qui  ne cesse de porter les revendications de la masse estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire avec des méthodes peu orthodoxes qui lui ont valu une hégémonie dans le milieu scolaire. Depuis quelques années, elle tente de faire sa mue en mettant un point d’honneur à la lutte contre la violence en milieu scolaire et universitaire.

Sous la conduite de ses différents  secrétaires généraux, la FESCI a depuis sa création réussi à faire plier l’échine aux différents régimes ivoiriens aux fins d’améliorer la condition de vie et de travail des étudiants  de Côte d’Ivoire en dépit de son engagement patriotique aux côtés du Président Laurent GBAGBO en lutte dans les années 2000 contre la rébellion qui avait occupé les zones centre, nord et ouest de la Côte d’Ivoire.

Appelant à un giga meeting le 21 avril prochain pour réfléchir sur l’école ivoirienne, Allah Saint-Clair alias « Général Makélélé » et ses camarades de lutte entendent une fois de plus donner de la voix pour sauver l’école ivoirienne en panne de formation de qualité et de management réaliste.

Les états généraux sur l’école ivoirienne réclamés depuis des lustres par la communauté éducative trouveront-ils un avis favorable de la part du gouvernement ivoirien avec la sortie énergique du secrétaire national de la FESCI ?

  Adingra OSSEI

Votez ce post
Partager:

Laisser un commentaire